Yves Desrosiers au Côté-Cour

Une carrière sous le radar

Yves Desrosiers renouera avec le Café-Théâtre Côté-Cour de... ((Courtoisie))

Agrandir

Yves Desrosiers renouera avec le Café-Théâtre Côté-Cour de Jonquière, le 10 octobre. Il explorera ses trois albums en compagnie du multi-instrumentiste Benoit Morrier.

(Courtoisie)

Daniel Coté
Le Quotidien

(Chicoutimi) Yves Desrosiers fait carrière dans la chanson à la manière d'un artisan. Conscient de sa spécificité, il sait que ses albums ont peu de chance de jouer à la radio et que ses spectacles, en dépit de leurs indéniables qualités, constituent un produit de niche. L'homme garde quand même la foi et apprécie chacun des cadeaux que lui offre le destin.

L'un d'eux épousera la forme d'un rendez-vous au Café-Théâtre Côté-Cour de Jonquière, le 10 octobre à 20h 30. C'est une salle que connaît bien l'artiste, dont la dernière visite avait donné lieu à un tandem avec son amie Bia. Cette fois-ci, il explorera ses trois disques et plus spécifiquement Bordel de tête, sorti il y a un an.

«La première fois que je me suis rendu au Côté-Cour, c'était en 2008 pour Chansons indociles. C'est vraiment une bonne place pour moi, le genre d'endroit qu'on compte sur les doigts d'une main à l'échelle du Québec», mentionne Yves Desrosiers. Il ajoute d'un ton amusé que la présente tournée franchira bientôt la barre des 30 spectacles, ce qui constituera une marque personnelle.

Cette fois, le guitariste et chanteur sera épaulé par Benoit Morrier, un multi-instrumentiste qu'il compare à la pieuvre Squiddly Diddly. «Il joue de la basse, de la slide, des percussions avec ses pieds», s'émerveille son camarade. Ensemble, ils couvrent pas mal de territoire, ce qui comprend quelques incursions dans l'univers du Russe Vladimir Vissotsky, que l'homme explore depuis plusieurs années.

Loin d'avoir épuisé le sujet avec l'album Volodia, Yves Desrosiers a ajouté trois titres sur Bordel de tête, tous adaptés avec la collaboration de Bia. «Vissotsky, on ne peut pas l'enlever de mon show! Il faut dire qu'il a écrit de 500 à 600 chansons. Il a commencé très jeune et il n'arrêtait pas», fait-il remarquer.

Ce qui est particulier chez lui, c'est le fait qu'il ne présente jamais de textes de son cru. Sa carrière en solo est celle d'un interprète, du moins en ce qui touche l'écriture. «Je n'écris pas beaucoup, à part des choses pas sérieuses. Je n'ai pas le niveau pour faire de la chanson d'auteur, mais je peux m'approprier les musiques», énonce Yves Desrosiers.

C'est d'ailleurs le musicien en lui qui est le plus sollicité, que ce soit pour le cinéma ou des projets pilotés par des collègues. L'un d'eux l'a amené à travailler avec Chloé Sainte-Marie, dont il a écrit la moitié des musiques regroupées sur son nouvel album. D'autres ont été créées par Sylvie Paquette.

«J'ai toujours mené ma carrière en solo sur le "side" et à ce stade-ci, j'ignore si je sortirai un autre album. On en vend juste dans les spectacles et je commence à trouver ça difficile. En même temps, c'est vrai qu'on en fait pareil», admet Yves Desrosiers, qui demeure convaincu de l'existence d'un public pour les chansons qui circulent sous le radar.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer