École Florence Fourcaudot

Bel accueil à New York

Cette photographie captée il y a quelques jours... (Photo courtoisie)

Agrandir

Cette photographie captée il y a quelques jours montre la délégation de l'école de danse Florence Fourcaudot, au cours d'un moment de détente à New York. Les jeunes danseuses ont profité d'une rare pause afin de découvrir le High Line, le sentier piétonnier aménagé sur une ancienne ligne de tramway, dans le quartier Chelsea.

Photo courtoisie

Daniel Coté
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) « If I can make it there «, chantait Sinatra.

Les 12 membres de l'école Florence Fourcaudot qui ont dansé à New York, dans les derniers jours, savent maintenant de quoi il en retourne. Elles ont profité de leur premier séjour dans le Big Apple pour participer à des ateliers, de même qu'à un spectacle, pendant lesquels la formation acquise au Saguenay a constitué un précieux atout.

Loin d'avoir l'air chambranlantes, en effet, les élèves de Julie Morin, qui proviennent du programme arts-études de l'école Dominique-Racine de Chicoutimi, ont côtoyé sans démériter des collègues qui étaient souvent plus âgés. Les séances tenues au Centre de danse Peridance, situé au coeur de Manhattan, furent à la fois conviviales et intenses. De nombreux styles ont été abordés, sans jamais les désarçonner.

« Les filles, qui sont âgées de 14 à 16 ans, se sont bien débrouillées. Elles ont plongé dans l'univers de la danse en faisant du ballet, du jazz, de la danse urbaine et du contemporain, pendant les séances d'entraînement. À chaque fois, elles n'ont pas eu de problème à se glisser dans les chorégraphies en compagnie des élèves de l'école Peridance «, a raconté Julie Morin hier, lors d'une entrevue accordée au Quotidien.

Ce voyage était le premier à New York pour l'école Florence Fourcaudot. L'objectif consistait à vivre une expérience de dépaysement, à se frotter à une culture différente, tout en apprivoisant la grande ville. En prime, quelques danseurs de très haut niveau, dont l'excellente Drew Jacoby, spécialisée en ballet contemporain, sont venus travailler aux côtés des Saguenéennes. Un hasard qui a créé de fortes impressions.

Une nouvelle invitation

Le clou du séjour à New York fut le spectacle présenté par l'école Peridance, dimanche dernier. L'un des numéros au programme était celui de l'école Florence-Fourcaudot, fondé sur une chorégraphie du Montréalais Edgar Zendejas. Baptisé S'unir, il a été chaudement accueilli par le public.

« C'était l'un des numéros les plus longs, puisqu'il durait 13 minutes, et les applaudissements ont touché les membres du groupe, fait observer Julie Morin. Même le chorégraphe, qui était présent, a été ému. Pour lui aussi, c'était un moment important. Ça lui procure une belle visibilité. «

La délégation saguenéenne, qui comprenait trois professeurs et 17 parents, en plus des danseuses, a tellement apprécié son séjour à New York qu'une récidive est envisagée. Déjà, les gens de Peridance ont exprimé le désir de collaborer une nouvelle fois avec l'école Florence Fourcaudot. « On serait fous de ne pas répéter cette expérience «, laisse échapper Julie Morin.

En attendant, les participantes ont hâte de voir le film tourné par le cinéaste Bora Richard. Coproduit par l'école Florence Fourcaudot, il durera une trentaine de minutes et devrait être ficelé à l'automne. On y verra des artistes heureuses, des jeunes femmes conscientes de leur chance et capables d'en tirer le meilleur parti grâce aux connaissances acquises dans leur patelin, au nord du nord de Broadway.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer