Quand les changements climatiques font peur

Le comédien Emmanuel Bilodeau a testé un numéro... (Photo Mariane L. Saint-Gelais)

Agrandir

Le comédien Emmanuel Bilodeau a testé un numéro d'humour sur la panique et la peur, hiers à l'UQAC, alors qu'il agissait à titre d'animateur pour la soirée Océania de la chaîne Explora.

Photo Mariane L. Saint-Gelais

Partager

Roger Blackburn Rblackburn@lequotidien.com
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) Le comédien Emmanuel Bilodeau n'a pas dû passer une très bonne nuit après la présentation d'un épisode de la série Océania, animée par le comédien et océanographe Boucar Diouf à la chaîne Explora de Radio-Canada, hier, à l'auditorium de l'UQAC.

Le comédien a profité de l'audience pour tester un numéro d'humour qu'il est en train de peaufiner et dans lequel il raconte qu'il a peur de tout et surtout qu'il a peur d'avoir peur, une panique générale que son père lui a laissée en héritage.

L'épisode présenté sur grand écran raconte l'histoire de trois jeunes aventuriers qui ont navigué au coeur de l'Arctique l'an dernier pour la traversée du passage du Nord-Ouest en voilier, un chenal que seuls les brise-glace parvenaient à franchir il n'y a pas si longtemps. Un exploit qui soulève plusieurs questions sur la fragilité de notre planète.

Pas très rassurant

Pour en ajouter sur les problèmes de la planète, le chercheur de l'UQAC et spécialiste en réchauffement climatique, le biologiste Claude Villeneuve, a pris place aux côtés de l'animateur Emmanuel Bilodeau après la représentation pour présenter quelques graphiques sur l'évolution de ces réchauffements, un exposé pas très rassurant. «Mon prochain livre sur le sujet s'intitulera Est-il trop tard?», une phrase qui a dérouté un peu le comédien qui a évidemment peur des réchauffements climatiques.

«De l'an 1900 à l'an 2000, le climat a réchauffé d'un degré. Les spécialistes prétendent qu'en l'an 2100, le réchauffement sera de quatre degrés supplémentaires, pour un total de cinq degrés en 200 ans, un réchauffement qui provoquera une augmentation d'un mètre du niveau de la mer», a résumé le biologiste sous le regard incrédule du comédien, mais devant une salle très intéressée par la science.

Au sujet de l'épisode relatant l'aventure de Nicolas Peissel, de son cousin Morgan Peissel et du Suédois Edvin Buregren, propriétaire du voilier de 10 mètres qui a traversé le passage du Nord-Ouest de Terre-Neuve à l'Alaska, Claude Villeneuve a relativisé un peu l'exploit. «Il est bon de mettre des images, des émotions et des événements sur un phénomène, mais ce périple représente moins d'un an d'observation. Ils ont navigué durant la période où il y a le moins de glace et en plus, ils sont tombés sur l'été où il y a eu un record de fonte de glace», a précisé le biologiste avant de démontrer brièvement ce qui se dessine avec les changements climatiques.

Claude Villeneuve, qui a un talent incomparable pour la vulgarisation, a su expliquer le phénomène de réchauffement avec des exemples simples, ce qui a plus au public qui avait plusieurs questions à poser après la présentation du documentaire qui témoignait de la fonte accélérée des glaces dans l'Arctique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer