Marie-Lise Pilote à Dolbeau-Mistassini

Fougue et langue bien pendue

Marie-Lise Pilote s'est amusée avec le public avant... ((Photo Louis Potvin))

Agrandir

Marie-Lise Pilote s'est amusée avec le public avant de vraiment amorcer son spectacle. Son talent d'improvisatrice a bien fonctionné.

(Photo Louis Potvin)

Partager

Louis Potvin
Le Quotidien

(DOLBEAU-MISTASSINI) C'est vrai. Il est réconfortant de revoir sur scène Marie-Lise Pilote après treize ans d'absence. Elle n'a pas perdu sa fougue et sa langue bien pendue.

Elle a conquis son public en se mêlant à la foule en ouverture de spectacle. Son talent pour l'improvisation la sert à merveille. Elle s'est amusée et a taquiné les gens en se promenant dans les rangées en effectuant un tirage pour des billets de spectacle. La foule était déjà conquise.

Sur scène, elle a abordé d'entrée jeu le thème de la chirurgie esthétique. Quelques bonnes blagues sur les bras de «matante» et la difficulté de s'habiller en vieillissant. «Les bretelles de robes passent de la grosseur d'un spaghetti à celle d'une lasagne». La fin du numéro se termine sur un bon punch grâce à l'utilisation de la vidéo sur le décor.

Marie-Lise Pilote s'est ensuite attaquée au sport et son incapacité d'en pratiquer. Un beau clin d'oeil au lock-out du hockey en entonnant avec ironie la célèbre chanson de la Soirée du hockey. Elle a raconté une initiation au yoga qui a mal tourné.

Décevant son numéro sur les amis, rien de très nouveau. Quelques bons gags sur le type d'amis de fille, mais rien à se rouler par terre.

Son sketch le plus fort a été celui de la fille des Îles-de-la-Madeleine. Un monologue intelligent, bien écrit et drôle. Trop court. Preuve qu'elle a un solide talent pour l'écriture. À moins qu'il s'agisse du texte d'un scripteur. La foule a d'ailleurs démontré chaudement son appréciation.

Tout au long de la première partie, les cubes en arrière-scène ont été utilisés pour pimenter les monologues. Ils ont servi de personnage pour le numéro du doublage. Une belle inventivité qui a permis de faire participer le public et de ressusciter en dessins animés son personnage de la Méchante.

Évidemment son incarnation en chair est apparue pour clore la première partie. Ce personnage incontournable est toujours aussi insolent et cinglant. La Méchante n'a rien perdu de sa fougue, au grand plaisir du public. Un beau cadeau pour les inconditionnels.

Plus de détails dans la version papier du Quotidien//

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer