Festival international de la marionnette de Saguenay

Une relance n'est toujours pas exclue

Les revenus autonomes, tirés des commandites et des partenariats privés,  ont... (Archives Michel Tremblay)

Agrandir

Archives Michel Tremblay

Partager

(Jonquière) Les revenus autonomes, tirés des commandites et des partenariats privés, ont pour une très large part entraîné la faillite du Festival international de la marionnette de Saguenay (FIMS). La relance de l'événement n'est toutefois pas exclue.

Une assemblée des créanciers avait lieu hier après-midi. Une douzaine des quelque 100 créanciers ont participé à la rencontre avec le syndic de faillite Fabien Tremblay.

Le président du conseil d'administration du FIMS, Rodrigue Villeneuve, a affirmé à Radio-Canada que « la région ne peut pas laisser partir un événement international comme celui-là. C'est une richesse pour cette région. »

Un comité des créanciers a été mis sur pied pour analyser le dossier de faillite. Il s'agira en quelque sorte d'un comité d'inspection.

Le déficit du FIMS est de 300 000 $, selon le rapport du syndic. L'événement avait prévu des revenus autonomes de 437 000 $, mais seule la moitié de la somme a été amassée. Les dépenses ont quant à elles dépassé le budget de quelque 50 000 $.

La liste des créanciers a été dévoilée le 10 janvier.

Décision du conseil

Rappelons que le Festival international des arts de la Marionnette a déclaré faillite le 4 janvier dernier par suite d'une décision du conseil d'administration. Les administrateurs avaient licencié le directeur général, Blaise Gagnon, et deux autres employés, en décembre, avant de déclarer faillite.

Créé en 1989, cet événement bisannuel représentait une des attractions culturelles majeures au Saguenay-Lac-Saint-Jean et pouvait compter sur des participants provenant de partout dans le monde.

En entrevue à la société d'État, l'ancien directeur général, Blaise Gagnon, a expliqué que le marché est difficile, tout en soulignant que le projet du « dragon » n'était pas trop ambitieux, selon lui. Un énorme dragon a animé les bords de la rivière Aux sables, à Jonquière, pendant la dernière édition du Festival.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer