Le rideau tombe sur Ecce Mundo

Le spectacle de variétés Ecce Mundo, qui a fait relâche en 2012, ne reviendra... (Photo Sylvain Dufour)

Agrandir

Photo Sylvain Dufour

Partager

Sur le même thème

Roger Blackburn
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) Le spectacle de variétés Ecce Mundo, qui a fait relâche en 2012, ne reviendra plus sur scène. La revue de danse qui prenait l'affiche au Pavillon sportif de l'UQAC ferme ses rideaux pour toujours. La directrice Arianne Blackburn a confirmé la nouvelle au Quotidien, hier, en entrevue.

« Nous en avons discuté avec le conseil d'administration avant les Fêtes et la décision de ne plus faire ce spectacle a été prise. C'est un lourd fardeau de moins sur mes épaules. C'était une production de plus d'un demi-million $ en salaires, en location d'équipements, en location de salle et en publicité. Nous avons passé l'été dernier à regarder ce qui se faisait en termes de spectacles et l'offre est de beaucoup supér ieure à la demande «, analyse la directrice de l'École de danse Les Farandoles.

Spectacles gratuits

La multiplication de spectacles gratuits et l'ajout continuel d'événements culturels en période estivale auront eu raison du spectacle de danse qui roulait quand mêm e depuis 20 ans.

« Quand nous avons commencé avec Paris Folie, il y avait nous et La Fabuleuse histoire d'un royaume comme spectacle estival dans la région. Depuis quelques années, un nombre important de festivals ont vu le jour et proposent des spectacles. Dans la région, l'été, il y a un festival par kilomètre de route sans compter l'arrivée de la ville de Québec qui offre des spectacles gratuits tout au long de l'été «, met en relief la femme d'affaires qui produisait le seul spectacle de danse au Québec pour la période estivale.

« Quand on pense que l'été, ça se résume à guère plus de neuf à dix fins de semaine, et que durant cette période, il y a des festivals de musique qui propose des spectacles gratuits, il ne reste plus beaucoup de place pour les spectacles payants «, constate Arianne Blackburn.

Durant les prem ières années, les spectacles d'Arianne Blackburn pouvaient attirer 90 autobus de touristes par été.

En 2011, le nombre d'autobus était d'à peine une dizaine. « Il y a de plus en plus d'offres de spectacles et nous ne pouvions pas continuer dans ces conditions. La décision était plus pénible l'an passé quand on a proposé de prendre une pause, ce qui fait que la décision récente de ne pas reproduire le spectacle à l'avenir s'est fait sans trop d'amertume «, met en relief Arianne Blackburn. Celle-ci a l'intention de se consacrer à l'école de danse Les Farandoles, laquelle se porte très bien et demande encore beaucoup de temps.

Pas de gros projets

La directrice artistique va sûrement monter un spectacle, pour une représentation, dans le contexte du 30e anniversaire de l'école de danse et s'occuper de la programmation du Festival international des Rythmes du monde, si on lui fait la demande comme l'an passé, mais Arianne Blackburn assure ne pas avoir de gros projets en tête pour le moment.

rblackburn@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer