Justice de pauvre de MC Phylis et Maxime Robin

Des textes colorés qui se distinguent

Le duo composé de Maxime Robin et de... ((Courtoisie))

Agrandir

Le duo composé de Maxime Robin et de MC Phylis a marqué l'imaginaire des spectateurs lors de son apparition à l'édition 2012 des Francouvertes.

(Courtoisie)

Partager

Sur le même thème

Joël Martel
Le Quotidien

(Chicoutimi) L'ex-membre d'Arvida Crew, MC Phylis, s'est joint une fois de plus au musicien Maxime Robin afin de produire un nouvel album. Leur cinquième collaboration intitulée Justice de pauvre est maintenant disponible en ligne gratuitement.

Dans une entrevue téléphonique livrée au Progrès-Dimanche, le compositeur Maxime Robin s'est montré très satisfait de l'accueil qu'a reçu jusqu'ici Justice de pauvre. En effet, une formule comme celle que propose le duo est souvent drôlement vue par l'industrie du disque. Il faut savoir que les textes colorés de MC Phylis se distinguent énormément de ce que le milieu du hip-hop québécois a l'habitude de servir aux mélomanes.

Pour sa part, Maxime Robin voit dans ce projet avec le rappeur saguenéen une façon rafraîchissante d'approcher la musique. «Beaucoup de gens perçoivent ce que je compose comme quelque chose de très intellectuel. Ma collaboration avec MC Phylis ramène donc ma musique vers quelque chose de plus amusant. Aussi, avec un nom de rappeur comme celui de MC Phylis, on comprend clairement qu'il ne faut pas trop prendre ça au sérieux.»

Malgré des arrangements qui font parfois sourire et des textes qui provoquent souvent des éclats de rire, le duo Robin-Phylis se défend de donner dans l'humour. À la différence d'autres formations comme Les anticipateurs (le groupe derrière le hit viral SAPOUD), l'approche de Robin et de son comparse relève davantage d'un regard amusé sur un milieu peu porté vers l'autodérision. «Dans notre cas, on va en rire plus qu'on va en pleurer. C'est pour ça que ce sont des albums de pauvre. On ne fera pas comme si c'était la grosse misère en faisant pleurer les gens sur des gros violons. On ne veut pas non plus s'en réjouir, mais il faut quand même l'assumer.»

Outre le côté amusant se dégageant de Justice de pauvre, on ne peut passer sous silence l'équilibre qui règne tout au long de l'album en ce qui a trait à la facture musicale ainsi qu'aux textes. Tout au long du disque, on sent un évident souci de faire briller les deux talents. «Ça ne paraît pas, mais MC Phylis ne provient pas du milieu et de la culture hip-hop. Il conçoit donc les projets musicaux comme le ferait un musicien de rock par exemple. Pour ma part, je proviens essentiellement du milieu hip-hop, mais par contre, j'ai toujours trouvé ça bizarre d'essayer de vendre mes instrumentaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer