Forêt humaine de Lorna Boily

L'unité avec nos racines

Voici Lorna Boily et l'une des oeuvres présentées... ((Photo Jeannot Lévesque))

Agrandir

Voici Lorna Boily et l'une des oeuvres présentées ces jours-ci, à la bibliothèque municipale de Chicoutimi. Elle se nomme Saisons et a été créée à l'aide de cuivre et d'acrylique.

(Photo Jeannot Lévesque)

Partager

Sur le même thème

Daniel Côté
Le Quotidien

(Chicoutimi) Enfant, Lorna Boily accompagnait souvent son père en forêt, dans le secteur de Ferland-et-Boilleau. Cet homme lui a transmis son amour de la chasse, de la trappe et de la pêche, mais jamais il n'aurait pu anticiper que ces sorties nourriraient une démarche artistique, celle qui sous-tend l'exposition Forêt humaine.

Pour juger du résultat, il suffit de se pointer à la bibliothèque municipale de Chicoutimi d'ici au 13 décembre. Sur trois murs, près de la vitrine, le visiteur remarquera la présence de quatre ensembles de tableaux, ainsi que de quelques croquis. Ils marquent le point final d'une maîtrise en arts effectuée à l'UQAC.

«Forêt humaine, c'est l'unité avec nos racines, en même temps qu'un beau symbole de ce que représente l'être humain. J'aime son côté sauvage, le fait que les arbres poussent n'importe comment, ce qui tranche avec notre tendance à aménager des terrains où il n'y a pas une branche qui dépasse. C'est comme avec les gens. Il ne faut pas qu'ils soient tous pareils», plaide Lorna Boily.

Elle-même a trouvé une façon originale de préserver sa différence. Dans chacun de ses tableaux qui, en réalité, regroupent plusieurs oeuvres formant un tout cohérent, l'artiste a eu recours au cuivre et à l'acrylique pour porter sa vision. Les textures sont multiples, parfois lisses et parfois travaillées. En plus de charmer l'oeil, elles concilient deux activités qui passionnent la Chicoutimienne.

«La peinture reste mon médium de prédilection parce qu'elle permet de couvrir tous les sujets. D'un autre côté, j'ai longtemps fabriqué des bijoux, dont la couronne du roi Denys 1er, il y a plusieurs années. Grâce à la maîtrise, j'ai pu recentrer mon travail, intégrer mes deux passions en me ressourçant», explique Lorna Boily.

L'une de ses oeuvres les plus ambitieuses, Saisons, montre comment elle a développé une approche à la fois originale et séduisante. La partie supérieure comprend quatre acryliques représentant une forêt vue de loin. «C'est le rêve, ce à quoi on aspire», précise l'artiste.

Au centre, des corps féminins vus de face et de dos, à l'intérieur desquels on retrouve des feuilles, des branches, traduisent le cours des saisons. Quant à la base, elle est faite de cuivre et laisse voir des souches, des troncs d'arbres. Pour leur rendre justice, le métal a été oxydé, étamé, patiné de toutes les manières imaginables.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer