Théâtre Banque Nationale

Confort et acoustique à l'honneur

La salle du Théâtre Banque Nationale.... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

La salle du Théâtre Banque Nationale.

(Photo Rocket Lavoie)

Partager

Marielle Couture
Le Quotidien

(Chicoutimi) L'Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean entame une série de répétitions dans la salle du Théâtre Banque Nationale, afin d'effectuer les derniers ajustements pour optimiser l'acoustique du lieu.

La salle du Théâtre Banque Nationale.... ((Photo Rocket Lavoie)) - image 1.0

Agrandir

La salle du Théâtre Banque Nationale.

(Photo Rocket Lavoie)

Ce seront les toutes premières notes à résonner dans la salle rénovée. Le projet, initialement prévu au coût de 12,2 millions$, atteindra les 14 millions$ au final. Le dépassement est expliqué par les contraintes de décontamination du site, ainsi que par l'ajout de loges, non prévues au départ.

Diffusion Saguenay assure que les ajustements nécessaires à la sonorisation n'auront pas d'influence sur les coûts du projet puisqu'en théorie, tout a été prévu. Donc, à moins d'un besoin spécifique d'équipement spécialisé, ou de délais liés à la livraison de matériaux, le projet devrait être mené à terme dans le cadre budgétaire planifié. Un sprint final sera effectué dans les prochaines semaines afin de livrer la salle dans les délais et ce, malgré le long congé des Fêtes.

La salle a été pensée en fonction du confort (sièges de qualité, climatisation et en reconsidérant la configuration afin d'offrir plus d'espace à chacun). Même si la capacité passe de 983 à 802 places, on promet à chacun une vue de qualité sur la scène. Les personnes à mobilité réduite ne sont pas laissées pour compte, une rampe d'accès et des places de choix leur étant destinés. La construction de loges, ainsi qu'un service de bar et des toilettes ajoutées aux paliers supérieurs font également partie des améliorations.

Pour Jacques Clément, directeur artistique et chef de l'Orchestre symphonique, il s'agit d'une amélioration de 80% en comparaison avec l'ancienne salle. Selon lui, la salle de l'Auditorium Dufour était très «sèche». Il qualifie la conque comme étant haut de gamme, ce qui a une influence directe sur la performance des musiciens. «La conque, c'est comme une coquille, un cocon, explique-t-il. On vient de passer d'une conque bas de gamme à quelque chose qui va changer toute la sonorité. La performance de l'orchestre repose avant tout sur la communication entre les musiciens, et la conque y est pour beaucoup. Ça joue sur l'écoute, et la capacité des interprètes à s'entendre entre eux.» De plus, la qualité du dispositif jouera sur la réception du public. Il s'agit d'équilibrer le son projeté dans la salle. «Nous sommes un petit orchestre de 40 ou 45 musiciens, explique M. Clément. De plus, nous jouons acoustique, donc nous sommes directement tributaires des capacités de sonorisation de la salle. Pour les chanteurs, qui ont la possibilité d'amplifier leur voix, l'enjeu n'est pas le même. Ça prend donc une bonne projection sonore pour faire vivre une réelle expérience musicale au public. En même temps, il ne faut pas que ce soit trop intense. C'est donc cet équilibre que les répétitions des prochains jours permettront de trouver.»

Plus de détails dans la version papier du Quotidien//

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer