Plaisir renouvelé

Marie-Michèle Desrosiers... (Photo archives)

Agrandir

Marie-Michèle Desrosiers

Photo archives

Partager

Sur le même thème

Daniel Côté
Le Quotidien

(Chicoutimi) Marie-Michèle Desrosiers se trouvait au Mexique, mercredi, lors de l'entrevue consacrée au spectacle qu'elle présentera le 23 novembre à 20h, à la Salle François-Brassard de Jonquière. Il faisait 32 degrés, a précisé la chanteuse, ce qui ne l'a pas empêchée d'évoquer le plaisir que lui procurent ses retrouvailles annuelles avec le répertoire des Fêtes.

«Je commence la tournée chez vous, cette fois-ci, et j'aime ce premier rendez-vous parce qu'il me rappelle que la période de Noël s'en vient. On entre alors dans un petit cocon. On est ensemble et ça produit le même effet que du comfort food. Il se passe quelque chose de magique», a expliqué l'interprète.

Invitée par la troupe Chanson pour vos yeux, elle interviendra dans la deuxième partie du spectacle. Les membres de cette formation, ainsi que du choeur Orphéon, revisiteront quelques classiques tirés des albums Marie-Michèle Desrosiers chante Noël, volumes 1 et 2.

«Je viendrai avec mon directeur musical, Jean-Fernand Girard, qui est le frère de Rémy Girard et qui est originaire de votre région, indique la chanteuse. Il y aura aussi un contrebassiste et un violoniste avec qui je ferai quelques pièces, dont Noël blanc, Promenade en traîneau et 23 décembre, de Beau Dommage.»

D'autres interprétations feront entendre le Choeur de l'Armée Rouge et l'Orchestre symphonique de Prague, grâce à une bande sonore tirée de ses deux disques. En ajoutant les pièces que répètent le choeur Orphéon et Chanson pour vos yeux depuis quelques mois, on obtient un programme à la fois copieux et varié, où le répertoire sacré ne sera pas négligé. «Je ne suis pas une personne pieuse, mais il y a de très belles mélodies là-dedans, comme Sainte nuit et Dans le silence de la nuit. Je considère également que Mon beau sapin est une grande chanson. Le problème, c'est qu'elle a été souvent galvaudée», souligne l'interprète.

C'est d'ailleurs son désir de renouveler le répertoire des Fêtes, ou plutôt la façon dont il était abordé, qui a donné naissance à son premier album en 1996. Tout a commencé dans un studio de Morin Heights où Marie-Michèle Desrosiers assistait au mixage de l'album «live» de Beau Dommage en compagnie de Michel Bilodeau, le patron d'Audiogram.

«Il m'a dit que sa compagnie n'avait pas encore fait un album de Noël et qu'il avait trouvé sa voix. Comme André Gagnon venait de sortir un disque magnifique avec l'Orchestre symphonique de Prague, on a travaillé à partir de ça», rapporte la chanteuse.

Cet encodé a été vendu à 225 000 exemplaires et demeure une valeur sûre du marché des Fêtes. C'est ce qui permet à Marie-Michèle Desrosiers de prolonger le plaisir sur scène, aujourd'hui encore. «Je me croise les doigts pour que ça continue. J'aime tellement faire ça», confie l'invitée de Chanson pour vos yeux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer