Pellerin et son petit monde

Fred Pellerin a triomphé  devant une Salle... ((Photo Gimmy Desbiens))

Agrandir

Fred Pellerin a triomphé devant une Salle Michel-Côté pleine à craquer.

(Photo Gimmy Desbiens)

Partager

Joël Martel
Le Quotidien

(ALMA) À une époque où l'art semble trop souvent préusiné et où tout est régi par des formules prévisibles, Fred Pellerin fait son bonhomme de chemin en transportant avec lui son univers ne correspondant à rien d'autre. Sa seule recette est son authenticité et son amour bien senti du langage. Et c'est ainsi samedi soir, une fois de plus, Fred Pellerin a triomphé devant une Salle Michel-Côté pleine à craquer.

Quelques semaines à peine après la toute première représentation de son nouveau conte intitulé De peigne et de misère, Fred Pellerin est déjà de passage dans la région afin de nous faire vivre les péripéties hors de l'ordinaire de Méo, le décoiffeur de Saint-Élie-de Caxton. Mélangeant avec virtuosité les registres dramatiques tout en imbriquant de façon cohérente des dizaines d'histoires souvent sans queue ni tête, le nouveau spectacle de Pellerin est en quelque sorte le penchant oratoire des toiles de Dali: un chaos surréaliste organisé avec finesse.

En guise d'introduction, Pellerin a amené son auditoire avec lui à une époque bien lointaine. En fait, De peigne et de misère débute peu avant le tout premier lever de soleil de l'histoire, soit à la préhistoire. À peine a-t-il prononcé cinq phrases que Pellerin a déjà mis en place son univers à la fois fantastique et étrangement réaliste. Du même coup, les spectateurs sont rivés à ses lèvres et la complicité entre eux et le conteur est palpable. En toute franchise, on ne voit que trop rarement des performeurs dotés d'un charisme et d'un magnétisme aussi intenses.

Alors que la magie du conte est en place, Pellerin en rajoute une couche en empoignant sa guitare et en interprétant une chanson à la fois émouvante et invitant à l'introspection. Un tel changement de cap serait censé bousculer l'ordre des choses, mais dans le cas présent, le tout se fait avec fluidité et le public se laisse porter par la vague avec plaisir.

Cette soirée en compagnie de Fred Pellerin suivra cette cadence. Des fous rires à profusion côtoieront l'émerveillement et la beauté du monde sera constamment à l'honneur. Le chant juste et chaleureux de Pellerin viendra appuyer solennellement la douce folie qui anime les faits et gestes de ses personnages tels que Méo le décoiffeur ou Solange la suceuse de «peppermanes».

Les mauvaises langues avaient autrefois prédit à Pellerin un succès de passage. Plusieurs années plus tard, il est évident que le monument vivant de Saint-Élie-de-Caxton traversera sans difficulté les prochaines décennies. Par ses histoires inspirées des beaux mensonges de sa grand-mère, Pellerin expose l'expression artistique dans sa forme la plus efficace: un échantillon d'humanité.

Le conteur sera en spectacle à guichets fermés ce soir au Théâtre du Palais municipal de La Baie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer