La semaine politique

Mauvais sort (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Mauvais sort

Ce n'est pas parce que vous vous souciez du climat que le climat se soucie de vous. Parlez-en au péquiste Mathieu Traversy, porte-parole en matière de développement durable. Mercredi, il a garé comme à l'habitude sa nouvelle Chevrolet Volt, une voiture électrique, dans la cour intérieure du parlement. Paf. Avec le temps doux, un morceau de glace s'est décroché et est venu fracasser son pare-brise. Le lendemain, après un remorquage et le remplacement du pare-brise, le député a demandé à se garer ailleurs. Question d'éviter une récidive. On lui a désigné un espace à quatre places de son endroit habituel. Pas de chance. Re-paf. La glace, cette fois, est venue pulvériser sa lunette arrière. Deux fois en deux jours. Nouveau remorquage. M. Traversy est reparti jeudi vers Terrebonne dans une voiture de location... à essence.

Pas vu pas pris

Pierre Karl Péladeau a écrit au premier ministre cette semaine pour lui demander de rétablir un «sain climat» en Chambre. M. Couillard, lui-même, a été selon le chef péquiste «l'inspirateur» d'une attitude nuisible au parlementarisme. «Ce n'est pas le bon élève de la classe», a lâché M. Péladeau. Le chef de l'opposition ne semble toutefois pas aussi sévère à son propre endroit. Alors que les députés s'interrogeaient à haute voix sur le sens éthique des uns et des autres, il y a deux semaines, le chef péquiste a lancé, à l'intention du leader parlementaire Jean-Marc Fournier : «Parle-nous donc de Kadhafi, toé!» Une référence au passé de M. Fournier chez SNC-Lavalin. Participait-il par ses propos à un sain débat démocratique? «Les microphones n'étaient pas ouverts, là, OK? [...] Le microphone n'était pas là. Alors, c'est ça qui est important.»

Ma parole!

«Je crains fort, Monsieur le Président, que la deuxième opposition souffle encore une fois, comme ils l'ont déjà fait, sur les braises de l'intolérance.»

- Le premier ministre Philippe Couillard au chef caquiste François Legault

100 % féminin

Les partis politiques doivent donner l'exemple en matière de parité entre les hommes et les femmes. Ils le répètent sans cesse depuis des années. La députée de Québec solidaire Manon Massé n'a donc pas raté l'occasion, ce 8 mars, de noter que son parti est à «66 % représenté par des femmes». C'est un fait. Avec Françoise David et Amir Khadir à ses côtés, les femmes comptent bien pour 66,6 % du caucus solidaire. L'indépendante Sylvie Roy s'est à son tour levée pour dire que de son côté, c'était 100 % féminin.

Les boys en avant

Quelle mauvaise image! Lundi soir, la veille de la Journée internationale des femmes, les gens de TransCanada se sont présentés aux audiences du BAPE sur le projet Énergie Est. Cinq hommes, cinq femmes. Lorsque le président Joseph Zayed a demandé au vice-président de l'entreprise, Louis Bergeron, d'identifier ses collaborateurs, les caméras se sont tournées vers le groupe : les gars occupaient la première rangée, les filles la seconde. Les boss en avant, les subalternes en arrière. Si la ministre Lise Thériault avait vu la scène, elle serait passée instantanément «d'égalitaire» à «féministe».

Les mises de... Côté

Chaque semaine, découvrez une caricature laissée en plan par André-Philippe Côté

Mauvais sort (Le Soleil, André-Philippe Côté) - image 7.0

Agrandir

Le Soleil, André-Philippe Côté

L'équipe du Soleil à l'Assemblée nationale:

  • Jean-Marc Salvet, chef de bureau
  • Simon Boivin
  • Gilbert Lavoie

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer