Faux document: Jacques Bérubé acquitté

Jacques Bérubé n'est pas coupable d'avoir utilisé un faux document dans le but... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Jacques Bérubé n'est pas coupable d'avoir utilisé un faux document dans le but de frauder. Le juge Pierre Lortie a déterminé qu'aucune preuve ne démontrait que c'est Jacques Bérubé qui avait falsifié un certificat d'action d'une entreprise à numéro qu'il détenait avec son frère Gilles. Il était clair que le document avait été modifié pour y lire Jacques Bérubé plutôque «fiducie familiale Jacques Bérubé» comme actionnaire. Par contre, comme le document était accessible facilement chez le notaire, il a pu être modifié par quelqu'un d'autre.

Bien que le juge a qualifié le témoignage de Jacques Bérubé de peu fiable durant la tenue du procès, il considère que l'homme n'a pas commis un acte criminel. «Son attitude a démontré qu'il ne portait pas une grande attention aux documents, qu'il signait sans vraiment les regarder», a mentionné le juge, au Palais de justice de Roberval.

«C'était une vengeance personnelle. Aujourd'hui, c'est la vérité qui est sortie. Cette histoire de faux documents, ce sont des manigances de mon frère. C'est enfin terminé, je vais pouvoir passer à autre chose», a déclaré l'homme à la sortie du tribunal.

Il était visiblement heureux de la tournure des événements. Il est toujours aussi amer envers son frère. Jacques Bérubé considère que c'est son frère Gilles qui s'est arrangé pour l'écarter de cette compagnie et devenir l'unique propriétaire et ainsi mettre la main sur ses parts. Cet acquittement met fin à une longue saga entre les deux frères Bérubé qui s'est retrouvée souvent devant les tribunaux.

La cause de Fabien Paul reportée

La cause de l'ex-directeur général du conseil de bandes de Mashteuiatsh Fabien Paul , accusé d'agression sexuelle, a été reportée au 13 avril pour prise de position finale.

C 'est à cette date que l'homme de 51 ans va décider s'il plaide coupable ou s'il entend avoir un procès.

Fabien Paul fait face à des accusations d'attouchement, d'incitation à toucher et d'agression sexuelle sur une adolescente. Les gestes auraient été commis entre le 1er décembre 1996 et le 1er janvier 1999 alors qu'il était enseignant à l'école secondaire Kassinu Mamu de Mashteuiatsh.

Jimmy Saint-Pierre: nouvelles accusations possibles

De nouvelles accusations pourraient être portées contre l'ex-professeur Jimmy Saint-Pierre.

L'homme de Roberval a comparu lundi au Palais de justice de Roberval en lien avec son arrestation du 21 janvier. Saint-Pierre fait face à des accusations de possession et trafic de stupéfiants. Il a déjà purgé une peine de 18 mois pour les mêmes crimes.

Les policiers avaient retrouvé dans sa résidence 420 comprimés de métamphétamines et d'ecstasy, environ 10 grammes de cocaïne, près de 140 grammes de cannabis et une somme d'argent.

La procureure Julie Villeneuve a informé le juge Pierre Lortie que de nouvelles accusations remontant jusqu'en 2008 pourraient être déposées lors de sa prochaine comparution le 22 mars.

Jérémy Doré plaidera coupable

Jérémy Doré va plaider coupable à des accusations de vol qualifié avec arme à feu, braquage d'une arme, voie de fait, extorsion et séquestration de deux personnes âgées. Il s'expose à une peine minimale de quatre ans d'emprisonnement.

C'est ce qu'a avancé son avocat André Villeneuve lundi au Palais de justice de Roberval. Il déclarera sa culpabilité le 22 mars prochain.

Doré fait partie du trio qui ont terrorisé un couple de Notre-Dame-Lorette lors d'une invasion de domicile. Il était accompagné de David Gignac et Tommy Mourez-Bilodeau quand ils font irruption au 72 Rang Saint-Joseph à Notre-Dame-de-Lorette le 1er juillet 2015. Un des trois voleurs a frappé au visage Yvon Belley, 75 ans. Pendant ce temps, un des individus monte à l'étage pour réveiller la dame. Les trois hommes menacent les deux aînés à la pointe d'un fusil et brandissent une hache et un bâton de baseball. Complètement terrorisés, les aînés ne sont pas en mesure de coopérer. Ce qui a provoqué l'ire d'un des agresseurs qui a donné un violent un coup de pied au thorax à M. Belley. Cherchant un coffre-fort qui aurait contenu 6000 $, les trois bandits fouillent la maison de fond en comble pour finalement dénicher 150 $ dans une boîte et 450 $ dans la bourse de la dame.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer