Christian Fortin

Six années au pénitencier

Christian Fortin ne retrouvera pas la liberté avant... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Christian Fortin ne retrouvera pas la liberté avant belle lurette, lui qui a écopé d'une peine de six années de pénitencier pour diverses accusations, dont une d'incitation à des contacts sexuels envers un mineur.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le pédophile Christian Fortin a reçu une sentence de six années de prison. L'individu de 54 ans de Labrecque a réglé ses dossiers, une semaine après avoir été arrêté.

Le juge Rosaire Larouche, de la Cour du Québec, a accepté la suggestion commune de Me Claudine Roy, de la Couronne, et de Me Jean-François Têtu, en défense.

Les derniers événements concernant Fortin remontent au mois d'octobre dernier. L'accusé s'est retrouvé en présence d'un garçon de 11 ans, ce qui lui était interdit. En fait, il n'a plus le droit, depuis sa dernière sentence au début des années 2000, d'être en présence d'enfants de moins de 14 ans.

Lors de cette soirée du mois d'octobre, Fortin s'est vu confier la garde du garçon par l'une de ses connaissances, une dame au courant des antécédents judiciaires de l'individu.

Pour une raison quelconque, l'enfant a été effrayé et est allé se blottir auprès de Fortin. Celui-ci s'est collé sur le jeune. L'enfant a alors senti le pénis en érection de Fortin dans son dos. Il l'a repoussé et Fortin s'est tenu tranquille.

Mais le garçonnet a tout avoué à sa mère quelques jours plus tard et une plainte a été déposée.

Lors de son arrestation, les policiers de la Sûreté du Québec ont mené une perquisition au domicile de Fortin, ils y ont trouvé sept images de pornographie juvénile et une petite quantité de stupéfiants.

Jeudi matin, Fortin a plaidé coupable à de la possession de pornographie juvénile, à de la possession de stupéfiants, à des bris et surtout d'avoir incité un enfant à le toucher sexuellement. L'accusation d'agression sexuelle a été retirée par la Couronne.

Il a aussi enregistré un plaidoyer de culpabilité pour la culture de 534 plants de marijuana dans l'un de ses champs au Lac-Saint-Jean.

Dans cette affaire, Fortin avait prêté son terrain à deux individus, Daniel Guay et Mario Ayotte, en sachant qu'ils y faisaient pousser de la marijuana.

À titre de complice, il a fait face aux mêmes accusations que les deux autres individus. Guay a écopé d'une sentence de 35 mois de pénitencier, alors qu'Ayotte est en attente de son enquête préliminaire. Le juge Larouche a donc entériné la suggestion commune de 72 mois de pénitencier.

Cette sentence tient compte des antécédents de Fortin, condamné à des peines de 44 et 60 mois de prison au milieu des années 80 et au tournant des années 2000 pour des agressions sexuelles sur des enfants de son quartier.

sbegin@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer