Jeune femme heurtée à la sortie d'un McDonald's

Pedneault-Bolduc souhaite changer de plaidoyer

Jean-Christophe Pedneault-Bolduc ne veut plus reconnaître sa culpabilité... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Jean-Christophe Pedneault-Bolduc ne veut plus reconnaître sa culpabilité à une accusation de conduite dangereuse causant des lésions.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Chicoutimien Jean-Christophe Pedneault-Bolduc déposera une requête pour retirer son plaidoyer de culpabilité pour une conduite dangereuse causant des lésions lorsqu'il a heurté, avec sa voiture, une amie à la sortie du McDonald's de Chicoutimi.

Pourtant, Pedneault-Bolduc avait plaidé coupable le 24 avril dernier. En prenant la décision de modifier sa vision de l'affaire, l'accusé de 21 ans a perdu les services de son avocat, Me Julien Boulianne. Celui-ci a demandé, au juge Richard P. Daoust, de la Cour du Québec, de le relever de ses obligations en raison d'une perte de confiance.

L'histoire remonte au 21 août 2014. Pedneault-Bolduc a une discussion animée avec une jeune fille au restaurant McDonald's du boulevard Talbot à Chicoutimi.

L'affaire se termine lorsque l'accusé lance le contenu d'une boisson gazeuse au visage de la victime. Il quitte le restaurant. Il prend le volant de sa voiture et décolle en trombe du stationnement. Au moment où il passe à proximité de la porte de sortie, son amie quitte le bâtiment au même instant. Et elle voit le véhicule arriver sur elle.

Pedneault-Bolduc frappe violemment la jeune femme. Celle-ci est projetée à une dizaine de pieds dans les airs avant de retomber lourdement au sol.

L'accusé ne s'est pas défilé. ll s'est arrêté et s'est rendu auprès de la victime. Les secours ont été appelés.

Sur les images vidéo, il est possible de voir le détail de l'événement.

Pedneault-Bolduc a plaidé coupable le 24 avril dernier aux accusations de conduite dangereuse causant des lésions, de bris de probation et d'engagement et un rapport présentenciel a été demandé.

Il y est notamment écrit que l'accusé ne reconnaît pas avoir conduit dangereusement, estimant qu'il s'agissait d'un accident.

Mardi soir, Me Boulianne a rencontré son client afin de discuter de cet aspect du rapport. Pedneault-Bolduc maintient sa position sur l'accident, même si son avocat lui rappelle son plaidoyer de culpabilité.

Devant cette nouvelle prise de position et devant le fait que les points de vue diffèrent, Me Boulianne n'a pu faire autrement que de demander que le dossier lui soit retiré. L'accusé a jusqu'au 17 novembre pour se constituer un nouvel avocat et préparer sa requête en retrait de plaidoyer.

Et en demandant d'être relevé de ce plaidoyer, les accusations d'origine reviendront, soit de conduite dangereuse causant des lésions, d'agression, de voies de fait armées et de bris de probation et d'engagement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer