Daniel Guay

35 mois de pénitencier

Daniel Guay reçoit une peine de 35 mois... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Daniel Guay reçoit une peine de 35 mois de pénitencier.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Jeannois Daniel Guay reçoit une sentence de 35 mois de pénitencier pour avoir produit plus de 530 plants de marijuana et d'avoir eu en sa possession des stupéfiants dans le but d'en faire le trafic.

La peine imposée a été fixée à 35 mois. Étant donné que Guay, qui a produit des plants de marijuana, a déjà passé 11 mois derrière les barreaux, il lui reste une peine de deux ans moins un jour à faire en prison.

L'individu de 56 ans de Labrecque a réglé ses dossiers avec la justice vendredi dernier. Le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec, a accepté la suggestion commune de Me Sébastien Vallée, de la Couronne et de Me Olivier Théorêt, en défense.

Guay a été arrêté en septembre 2014. Il s'était lui-même présenté aux policiers de la Sûreté du Québec au lendemain d'une perquisition menée dans un champ à Labrecque où les plants de marijuana avaient été découverts.

Guay a fait parler de lui à chacune de ses présences devant le tribunal. Quelques jours après son arrestation, il a subi son enquête de remise en liberté. La décision du magistrat lui avait été défavorable, car les garanties offertes au tribunal étaient nettement insuffisantes. Il n'avait pas été tendre envers les membres de sa famille, qui avaient refusé de se porter caution.

Au fil de la dernière année, Daniel Guay a régulièrement changé d'avocats. Il n'était jamais satisfait des résultats. Avec son dernier avocat, Me Théorêt, il l'a souvent interrompu au lieu de le laisser s'exprimer lors d'une audience au tribunal.

De plus, à la suite d'un passage turbulent au palais de justice d'Alma, Guay avait dû être maîtrisé par les agents carcéraux. Il en avait même perdu son dentier, presque neuf, et avait accusé les agents correctionnels d'avoir jeté sa prothèse dentaire à la poubelle.

Il leurs a intenté un procès et au procureur général du Québec. Il demandait le remboursement de son dentier et un dédommagement pour une somme de 7000 $. Il a été débouté devant le juge.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer