Leurre informatique

Bourque aurait fait de nouvelles victimes

Le Jonquiérois Martin Bourque aurait fait trois nouvelles... ((Archives))

Agrandir

Le Jonquiérois Martin Bourque aurait fait trois nouvelles victimes de leurre informatique. Il fait face à sept nouveaux chefs d'accusation, ce qui en porte le nombre à plus de 50.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Jonquiérois Martin Bourque aurait fait trois nouvelles victimes de leurre informatique. Il fait face à sept nouveaux chefs d'accusation, ce qui en porte le nombre à plus de 50.

L'ancien militaire des Forces armées canadiennes est revenu au Palais de justice de Chicoutimi, hier matin. Il a annoncé qu'il changeait d'avocate, confiant dorénavant son dossier à Me Émélie Ainsley.

Il en a profité pour prendre connaissance des trois nouvelles accusations déposées contre lui. Il a utilisé internet pour tenter d'avoir des contacts sexuels avec trois autres jeunes filles, ce qui ferait passer le nombre total de victimes à 17.

Le procureur de la Couronne, Me Sébastien Vallée, a indiqué que des accusations de bris d'engagement de ne pas s'être inscrit au registre des délinquants sexuels et d'avoir utilisé internet alors que ça lui était interdit avaient aussi été déposées.

Sa nouvelle avocate, Me Ainsley, a renoncé à la tenue de l'enquête sur remise en liberté pour deux principales raisons.

« Je viens d'arriver au dossier. Je dois prendre connaissance de l'importante preuve déposée dans cette affaire. Et en plus, de nouvelles accusations ont été déposées. Je me dois d'en prendre connaissance », a indiqué Me Ainsley, qui a reporté l'enquête de remise en liberté au 24 septembre.

Bourque, un individu de 37 ans de la rue du Perche à Jonquière, a été arrêté au printemps dernier, quelques semaines seulement après avoir complété une peine de prison pour le même genre d'accusation.

Au moment de son arrestation, il faisait face à 46 chefs d'accusation et avait fait 14 victimes. Son dossier s'est donc alourdi ce matin.

L'individu n'en est donc pas à ses premières armes en matière de leurre informatique. En 2012, dans les Laurentides, il avait mené le même stratagème et avait été arrêté en 2013 à la base militaire de Trenton en Ontario.

Bourque avait été condamné à deux ans et demi de prison en 2013. Il avait repris sa liberté en février 2015 et n'avait pas attendu très longtemps avant de reprendre ses activités.

La Couronne pourrait demander à ce qu'il soit déclaré délinquant à contrôler.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer