Introductions par effraction

36 mois pour Fortin

Alexandre Fortin s'est caché le visage à sa... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Alexandre Fortin s'est caché le visage à sa sortie de la prison de Chicoutimi.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Jonquiérois Alexandre Fortin apprend durement que les introductions par effraction ne sont pas appréciées des tribunaux et il écope d'une sentence de 36 mois de pénitencier.

L'accusé de 25 ans a entendu le juge Michel Boudreault rendre sa sentence sur le banc, hier après-midi, au Palais de justice de Chicoutimi. Comme il a déjà purgé 10,5 mois de prison, Fortin aura encore 25,5 mois à faire à l'ombre.

Défendu par Me Julien Boulianne, il a reconnu sa culpabilité à 11 chefs d'introduction par effraction dans des résidences privées (3) et des commerces (8), à de nombreux bris d'engagement et à du recel, entre décembre 2013 et décembre 2014. Sa dernière introduction par effraction, en juin dernier, a été faite après avoir repris sa liberté pour une troisième fois et au moment où il était en attente de sentence.

Le magistrat a indiqué que la suggestion de Me Sébastien Vallée, de la Couronne, était loin d'être déraisonnable et qu'elle était la plus juste et la plus équitable en raison de l'importance des crimes commis. Les introductions par effraction dans des résidences d'habitation sont passibles de l'emprisonnement à perpétuité. « Vous n'avez tiré aucune leçon de vos passages en justice. Vous avez réussi à être remis en liberté à trois reprises. Chaque fois, vous avez commis des crimes. On peut dénoter une absence totale de désir de réhabilitation de votre part », de mentionner le juge Boudreault.

« Rien ne vous a arrêté. Ni la police, ni les juges, ni les engagements envers la justice. Il est de mon devoir de vous dissuader de recommencer et de dissuader quiconque voudrait suivre vos traces. Je me dois de vous isoler de la société », a-t-il ajouté.

Selon la Couronne, Éric Fortin a planifié et prémédité les introductions par effraction. Il a sectionné les fils des systèmes d'alarme et téléphoniques.

De tous ces crimes, seul le vol du coffre-fort chez Aménagement Grenon lui aura permis de mettre la main sur une somme intéressante (entre 4000 $ et 6000 $). Ailleurs, ce fut un vol de 60 $, un autre de 300 $. Et souvent, il n'avait rien volé.

« C'est une peine qui favorise les critères de dissuasion générale et d'exemplarité. Il s'agit de crimes importants et le juge veut lancer un message à l'accusé, qui a manifesté des difficultés d'empathie et de remords », de dire Me Vallée.

Fortin avait déjà été reconnu coupable de quatre introductions par effraction dans le passé et avait reçu une peine de cinq mois en société.

Son avocat, Me Boulianne, aurait bien aimé que sa suggestion de 18 mois de détention soit retenue.

« Il y avait beaucoup de facteurs aggravants comme les antécédents, le fait d'avoir été remis en liberté trois fois et d'avoir brisé ses engagements à chaque occasion. Je vais analyser la possibilité d'aller en appel, mais la décision du juge est étoffée sur les facteurs aggravants », indique le criminaliste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer