Attouchements sexuels sur un mineur et trafic de stupéfiants

Trois ans de prison pour Stéphane Turcotte

Stéphane Turcotte a écopé d'une peine de 36... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Stéphane Turcotte a écopé d'une peine de 36 mois de détention en centre fédéral.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Julien Renaud
Le Quotidien

Stéphane Turcotte écope d'une peine de 36 mois de détention en centre fédéral en lien avec des accusations d'attouchements sexuels sur une personne d'âge mineur, de trafic de stupéfiants et de bris de probation. Parallèlement, son nom figurera au registre des délinquants sexuels.

Cette décision a été rendue, hier, au Palais de justice de Chicoutimi, par le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, qui s'est ainsi rangé derrière la suggestion commune des deux parties.

L'accusé était détenu depuis le 11 juin 2015 en raison d'un bris de probation relatif à un couvre-feu et à l'obligation de garder la paix.

« C'est un individu qui est très carencé. Il n'a pas d'antécédent dans le domaine sexuel, mais a déjà écopé de 18 mois pour trafic de stupéfiants en 2001 », a admis son avocate, Me Émilie Ainsley.

Stéphane Turcotte avait reconnu sa culpabilité sur tous les chefs, soit la masturbation et la fellation d'un jeune homme de 15 ans dans un contexte de consommation de drogue, le trafic de stupéfiants, plus précisément de méthamphétamine, de cannabis et d'ecstasy, et des bris de probation.

« Le rapport présentenciel est négatif et souligne les risques de récidive », a fait valoir la procureure, Me Marie-Josée Hamelin-Gagnon.

Le juge Michel Boudreault a rendu un verdict de 36 mois d'emprisonnement, moins les deux mois de détention déjà purgés par l'accusé. Il s'agit du cumulatif de deux peines consécutives et de deux peines concurrentes, dont la plus sévère est celle en lien avec les attouchements sexuels.

« J'accepte la recommandation commune, qui est une sentence sévère, mais qui n'est pas déraisonnable. C'est un jeune de 15 ans. Vous avez manqué à votre responsabilité en tant qu'adulte dans cette affaire », a commenté le magistrat, qui a soulevé le contexte de consommation et l'âge de la victime comme facteurs aggravants, de même que les bris et les antécédents de l'accusé.

Les facteurs atténuants qui ont été évoqués sont les plaidoyers de culpabilité et le fait que l'accusé avait été lui-même victime d'abus sexuels à l'adolescence. Stéphane Turcotte est aussi aux prises avec diverses problématiques personnelles, tant sur le plan psychologique qu'en matière de consommation. L'accusé aurait également de la difficulté à accepter son orientation sexuelle.

Le juge a émis deux recommandations dans son verdict, soit que l'homme reçoive l'aide nécessaire pour régler ses problèmes en matière sexuelle et de consommation de drogues et qu'il puisse suivre un programme thérapeutique en lien avec sa condamnation d'attouchements sexuels. Par ailleurs, Stéphane Turcotte sera inscrit au registre des délinquants sexuels pour une période de 20 ans et devra se livrer à une analyse génétique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer