Bébé victime de multiples fractures

Me Fradette renonce à aller en appel

Me Jean-Marc Fradette ne fera pas appel de... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Me Jean-Marc Fradette ne fera pas appel de la décision du juge Jean Hudon de condamner un jeune père à 12 mois de prison pour avoir infligé de multiples fractures à son bébé.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Renaud
Le Quotidien

La défense a finalement écarté la possibilité de faire appel de la décision du juge Jean Hudon, de la Cour du Québec, condamnant un père de 24 ans de Saint-Honoré à 12 mois de prison pour avoir infligé de multiples fractures à son bébé.

Le verdict a été rendu, jeudi, au Palais de justice de Chicoutimi. La défense, assurée par Me Jean-Marc Fradette, avait alors évoqué la possibilité de faire appel de la décision rendue. Absent lors du jugement, Me Fradette a pris connaissance de la décision verbale et a changé son fusil d'épaule.

« Après la réécoute du jugement verbal du juge Hudon, nous en sommes venus à la conclusion que le juge avait pris en compte l'ensemble des éléments, qu'il avait décidé de prioriser une punition au geste grave pour lequel le père était accusé et qu'il avait bien tempéré les demandes de la Couronne. Même si on aurait préféré de beaucoup que le père reste dans la société avec son fils, on estime que la sentence n'est pas déraisonnable. Dans ce sens-là, nos possibilités en appel étaient trop minces », a-t-il détaillé, à la faveur d'un entretien téléphonique, hier.

La poursuite suggérait une peine de 24 à 30 mois de prison tandis que la défense demandait un sursis de sentence avec une probation et un suivi.

« On va maintenant mettre toutes nos énergies pour obtenir les libérations conditionnelles et favoriser un retour dans sa famille le plus tôt possible », a poursuivi Me Fradette.

Le bébé a subi des fractures aux côtes, au fémur, au coude et à un orteil. Un médecin de famille a découvert les blessures et enclenché le processus nécessaire. Le père de l'enfant, dont l'identité ne peut être divulguée, est toujours en couple avec la mère qui est enceinte de quelques mois. Au moment des faits reprochés, entre le 1er septembre et le 5 novembre 2013, le poupon était âgé entre six et huit mois.

Dans sa décision, le juge Jean Hudon de la Cour du Québec a retenu comme facteurs aggravants la vulnérabilité de la victime, la gravité des blessures et la violence des gestes.

L'accusé a enregistré un plaidoyer de culpabilité le 24 octobre.

La peine de 12 mois d'emprisonnement est assortie d'une probation de trois ans avec un suivi pour la même période.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer