Nicolas Morissette veut se reprendre en main

Clémence demandée

Nicolas Morissette s'expose à un emprisonnement pour avoir... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Nicolas Morissette s'expose à un emprisonnement pour avoir usé de violence envers sa conjointe.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Nicolas Morissette passera encore quelques mois en prison pour une histoire de violence conjugale. Mais son avocat, Me Dominic Bouchard, estime que son client ne mérite pas une peine plus sévère que sa dernière sentence, qui a été de 14 mois en 2013, car les faits et les accusations étaient alors beaucoup plus importants que ceux actuellement reprochés.

L'individu de 27 ans de Chicoutimi se trouve derrière les barreaux depuis son arrestation le 16 mai dernier. Ce soir-là, à la sortie d'un bar de Chicoutimi et à la suite d'une dispute avec sa conjointe, Morissette l'a empoignée par le bras et lui a fait traverser la rue assez rapidement. La scène a duré plusieurs minutes.

Hier, Me Bouchard, en défense et Me Audrey Allard, du côté de la Couronne, y sont allés des représentations sur sentence devant le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec.

La défense demande une peine de six mois de prison (moins les trois mois faits de façon préventive), alors que la Couronne réclame une sentence de 16 à 20 mois.

Rapidement, le criminaliste a fait valoir au magistrat que le tribunal ne peut imposer à son client une peine plus sévère que la dernière. Il estime que l'on ne doit pas tenir compte de la gradation des sentences, même s'il s'agit encore d'un cas de violence conjugale.

«En 2013, mon client a été reconnu coupable de voies de fait avec lésion, de séquestration et d'entrave au tribunal notamment. Nous n'avons pas la même situation. Je ne veux pas banaliser le geste posé par mon client, mais les faits ne sont pas les mêmes. Si vous devez y aller par la gradation des sentences, comme vous le demandera la Couronne, il ne sert plus à rien de faire des représentations. Nous n'aurons qu'à faire de l'arithmétique», a soutenu l'avocat en défense.

Appelé à témoigner, Nicolas Morissette a fait part de ses remords au juge, estimant avoir besoin d'aide pour venir à bout de ses problèmes d'agressivité. Il veut se prendre en main et cesser la consommation de cocaïne et de stéroïdes.

L'individu de 27 ans veut tout arrêter afin de soutenir sa conjointe dans leur vie d'adulte.

«J'ai réfléchi beaucoup depuis que je suis incarcéré. Ma blonde a perdu son père et j'aurais dû être là pour la soutenir. Non j'étais en prison. De plus, j'ai appris qu'elle est enceinte et je veux être à ses côtés pour l'épauler. Je me suis rendu compte avec ces événements que j'étais devenu un adulte et que j'avais maintenant des responsabilités», a expliqué Morissette.

«Je veux régler mes problèmes d'agressivité. Je vais y travailler avec la probation. J'ai déjà fait des thérapies, mais il faut croire que ça n'a pas fonctionné étant donné que je suis encore devant la justice. Mais je ne veux pas revenir ici. Je veux vraiment passer à autre chose», a précisé l'accusé.

Le juge rendra sa décision le jeudi 16 juillet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer