Alexandre Tremblay de Saint-Honoré

30 jours de prison

Alexandre Tremblay, de Saint-Honoré, écope d'une sentence de... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Alexandre Tremblay, de Saint-Honoré, écope d'une sentence de 30 jours de prison pour avoir menacé de mort les policiers de Saguenay.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alexandre Tremblay, de Saint-Honoré, écope d'une sentence de 30 jours de prison pour avoir menacé de mort les policiers de Saguenay.

Frustré d'avoir reçu une lourde contravention pour un excès de vitesse le 22 juin, Alexandre Tremblay, de Saint-Honoré, a décidé de régler ses comptes avec les policiers de Saguenay en les menaçant de mort sur Facebook.

« Je leur câlisserais toute une balle dans tête », a écrit Tremblay, après avoir reçu une contravention pour excès de vitesse, soit 84 kilomètres à l'heure dans une zone de 50 km/h.

Il ne devait pas se douter que des gens pourraient partager ou dénoncer ses propos et encore moins que les policiers étaient du genre à fureter sur les réseaux sociaux.

Mais c'est arrivé dans la journée même. Quelques heures seulement après avoir reçu sa contravention, Tremblay a vu les policiers débarquer à son domicile pour procéder à son arrestation. Encore là, visiblement insatisfait du traitement que les agents lui ont réservé, il a de nouveau proféré des menaces à l'ensemble du corps policier de Saguenay. Il a proféré des menaces de mort à l'endroit de deux agents et a menacé de causer des lésions à leurs collègues.

Le client de Me Luc Tourangeau a décidé de plaider coupable, mardi après-midi, devant le juge Rosaire Larouche, de la Cour du Québec.

Le magistrat a accepté la suggestion des avocats au dossier. La sentence de 30 jours s'ajoute à celle de 45 jours que doit commencer à purger Tremblay, né en décembre 1994, pour une autre histoire de menaces et de voies de fait.

L'individu de la rue Guay, à Saint-Honoré, n'en est donc pas à ses premiers démêlés avec la justice. Le 15 juin dernier, il y a moins de 10 jours, il avait été condamné à 45 jours de prison à purger de façon discontinue pour des voies de fait et des bris d'engagement. Tremblay devait se retrouver en prison à compter du samedi 27 juin.

En raison de ses antécédents judiciaires en matière de violence, il s'est inscrit au programme du groupe Courage afin de traiter cette problématique.

Au terme de sa journée au Palais de justice, le tribunal a fait savoir à l'accusé qu'il se trouvait maintenant à la croisée des chemins, et ce, à 20 ans seulement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer