Pas d'exception pour Maxime Bouchard

Maxime Bouchard purgera une sentence de 30 mois... ((Photo Le Quotidien Louis Potvin))

Agrandir

Maxime Bouchard purgera une sentence de 30 mois pour avoir causé la mort de sa conjointe Marianne Bouchard-Boisclair.

(Photo Le Quotidien Louis Potvin)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Louis Potvin
Le Quotidien

Maxime Bouchard purgera une sentence de 30 mois pour avoir causé la mort de sa conjointe Marianne Bouchard-Boisclair. Le 2 juin 2013, l'homme a perdu la maîtrise de sa voiture alors qu'il conduisait en état d'ébriété. L'embardée a été fatale.

Le juge Paul Guimond a rendu cette décision hier au Palais de Justice de Roberval en présence de nombreux membres de la famille de Bouchard et le père de la victime. La mère de l'accusé a fondu en larme quand elle a compris que son fils allait se retrouver dans un pénitencier pour les 30 prochains mois. Pour sa part, Maxime Bouchard a encaissé le choc sans broncher.

Le juge s'est plutôt rangé du côté de la proposition de la Couronne qui réclamait une peine de 3 ans. Paul Guimond a rappelé qu'il y a encore trop de personnes comme Maxime Bouchard qui conduisent après avoir trop bu. Il faut donc que le tribunal impose des peines exemplaires qui envoient un signal clair à la population. «Il s'agit de bonnes personnes sans antécédents qui doivent assumer les conséquences de leurs gestes», a-t-il mentionné en lisant son jugement. Le magistrat a d'ailleurs basé sa décision sur un arrêt de la Cour d'appel pour un cas très similaire.

Une peine qui satisfait la procureure Julie Lajoie. «Il faut que les peines d'alcool au volant soient exemplaires et dissuasives. Il faut réfléchir avant de prendre le volant quand on a pris de l'alcool. Dans ce cas, les conséquences ont dramatiques. Il faut éviter que ça arrive à nouveau», a-t-elle commenté.

Bien que Bouchard présentait des facteurs atténuants comme ses profonds remords et regrets et qu'il a collaboré et respecté ses conditions, il ne s'agissait pas d'un cas d'exception comme le plaidait son avocat Charles Cantin, a fait valoir le juge.

Cantin est déçu du verdict, lui qui demandait une peine de 90 jours d'emprisonnement discontinu et 240 heures de travaux communautaires. «Je ne ferai pas appel de la sentence. Le juge a été très clair. Il considère que ce n'est pas un cas d'exception. Mon client a été surpris, mais il s'était préparé à toutes les éventualités. J'ai fait le maximum que je pouvais faire pour le défendre convenablement», a-t-il affirmé à la sortie du tribunal.

Maxime Bouchard a pris le chemin des cellules, le temps de procéder à son transfert au pénitencier de Laval. Vu la nature de l'infraction, il pourrait bénéficier d'une libération conditionnelle avantageuse.

C'est le 2 juin 2013 qu'est survenue cette tragédie alors que Maxime Bouchard a perdu la maitrise de sa voiture dans une courbe du Rang 3 à Saint-Prime. Il roulait à 96 km/h dans une zone de 80 et son taux d'alcoolémie était de 168 milligrammes. Sa conjointe a péri dans cet accident qui a bouleversé les deux familles concernées. Bouchard avait reconnu sa culpabilité le 9 décembre 2014.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer