Agression à la machette

De victime à accusée

Après avoir été agressée à la machette au... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Après avoir été agressée à la machette au 21 Price Ouest à Chicoutimi, Lyne Tremblay-Lapointe se retrouve elle-même dans le rôle de l'accusée après avoir supposément proférer des menaces.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Après avoir été attaquée à la machette dans un corridor du 21 Price à Chicoutimi, Lyne Tremblay-Lapointe se retrouve de l'autre côté de la justice alors qu'elle doit répondre à des accusations de menaces envers un autre locataire et de deux bris d'engagement.

La femme de 52 ans a été arrêtée au cours des derniers jours à la suite des événements qui sont survenus dans sa chambre du 21 Price le 14 juin. « Ma cliente dit avoir été menacée et prise à la gorge par une personne. Celle-ci voulait la tuer. Elle aurait ensuite fait des menaces à son agresseur », précise Me Émilie Ainsley, avocate en défense.

Lyne Tremblay-Lapointe doit subir son enquête de remise en liberté ce matin au Palais de justice de Chicoutimi devant la juge Micheline Paradis, de la Cour du Québec.

La femme n'en est pas à ses premières présences devant la justice. Elle a déjà été accusée dans le passé de diverses infractions au Code criminel canadien. Elle se trouvait d'ailleurs en probation au moment des événements du 14 juin.

Rappelons que l'accusée a fait parler d'elle, au cours des derniers mois, après que Valérie Duchesne, la fille de son ancien ami de coeur, lui eut porté des coups de machette au 21 Price. Duchesne voulait alors venger l'attaque au couteau de Tremblay-Lapointe envers son père. La famille Duchesne entretient une haine viscérale contre Lyne Tremblay-Lapointe depuis quelques années.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer