Les avocats Cantin, Boulianne et Bouchard règlent avec Saguenay

100 000 $ pour atteinte à la réputation

Me Charles Cantin, comme ses collègues, a ratifié... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Me Charles Cantin, comme ses collègues, a ratifié la proposition de règlement hors cour de 100 000 $, capital et intérêts.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La ville de Saguenay verse un chèque de 100 000 $ aux avocats Charles Cantin, Julien Boulianne et Dominic Bouchard dans le dossier de la poursuite au civil intentée par les trois criminalistes. L'entente hors cour a été entérinée par les membres du comité exécutif de Saguenay le 7 mai dernier.

Il faut se souvenir que Charles Cantin et Julien Boulianne avaient été impliqués dans une altercation au bar l'Imprévu, de Jonquière. Les autorités policières de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) étaient intervenues et avaient arrêté les deux avocats.

Dans la poursuite initiale de 1,2 million de dollars, Me Bruno Cantin, qui a agi comme avocat des plaignants, a écrit que les responsables de la police avaient coulé rapidement l'information dans les médias sur l'identité des deux avocats.

Dans sa résolution, Saguenay écrit que considérant la couverture médiatique dont les demandeurs ont fait l'objet à la suite de leur arrestation le 23 mars 2013, considérant que la responsabilité de Saguenay pourrait être retenue; à ces causes, il est résolu que Saguenay ratifie la proposition de règlement hors cour de 100 000 $ en capital, intérêts et frais au nom de Charles Cantin, Julien Boulianne, Dominic Bouchard et Cantin, Bouchard, Boulianne inc., le tout sans préjudice et sans admission de responsabilité dans l'unique but de régler la présente affaire à l'amiable.

Le procureur des plaignants n'a pas voulu commenter l'entente hors cour et n'a pas voulu confirmer le montant impliqué.

« Je n'ai pas de commentaires à faire. Nous avons signé une clause de confidentialité », a dit Me Bruno Cantin.

À l'origine, les trois avocats réclamaient 1,2 million de dollars à la ville, dont 425 000 $ pour Charles Cantin, 350 000 $ pour Julien Boulianne, 250 000 $ pour Dominic Bouchard et 225 000 $ pour le cabinet d'avocats.

les faits

Le samedi 23 mars 2013, Charles Cantin et Julien Boulianne se trouvent au bar l'Imprévu, situé au coin des rues Montcalm et Sainte-Famille, à Jonquière.

Pour une raison inconnue, une altercation est survenue avec une tierce personne. Les policiers ont été appelés à se rendre sur les lieux afin de calmer les esprits. Au moment de procéder à des arrestations, Charles Cantin a fait des menaces de mort à l'endroit d'un agent de la SPS.

Des sources policières avaient rapidement diffusé les noms des deux avocats dans les médias, même si aucune accusation n'avaiet été portée contre eux.

Le dossier de la poursuite criminelle contre Charles Cantin s'est réglé par une absolution inconditionnelle le 19 septembre 2014. Le juge Jacques Trudel avait accepté la suggestion commune après le versement d'un don de 1000 $ à la maison Le Chêne par M. Cantin.

Charles Cantin dit avoir vécu difficilement son passage à la Cour à titre d'accusé. Il a promis au juge qu'il ne le reverrait pas dans ce rôle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer