Martin Saint-Gelais

Six mois pour s'être exhibé devant une fillette de onze ans

Martin Saint-Gelais est entré par la grande porte... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Martin Saint-Gelais est entré par la grande porte du Palais de justice de Chicoutimi et est reparti dans le fourgon cellulaire.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Martin Saint-Gelais est incarcéré pour les six prochains mois après s'être exhibé complètement nu devant une fillette de 11 ans et d'avoir pris sa main pour la placer sur son pénis.

Le juge Rosaire Larouche, de la Cour du Québec, a tranché entre la suggestion de la défense (Me Gitane Smith) de 90 jours de prison et de la Couronne (Me Marie-Josée Hamelin-Gagnon) de 12 mois d'emprisonnement.

De décembre 2011 à avril 2012, Saint-Gelais, alors âgé de 18 ans, se trouvait nu dans sa chambre et ne faisait rien pour se cacher aux yeux de l'enfant de 11 ans. Il faisait exprès de laisser la porte de sa chambre ouverte afin de se faire voir devant l'enfant. Il a tenté de pousser la victime à lui toucher le pénis par-dessus ses pantalons et a poussé l'audace jusqu'à prendre les fesses de la jeune fille.

Rapport présentenciel

Le rapport présentenciel de Saint-Gelais n'était pas positif. Bien au contraire. En revanche, devant le juge Larouche, l'accusé a montré un autre visage. Il se disait prêt à suivre un programme pour son problème relié au sexe, même s'il n'estime pas en avoir. Au tribunal, il a avoué être le seul responsable de ce qui s'est produit et d'avoir fait preuve d'une irresponsabilité flagrante.

« On pourrait penser que vous avez ajusté votre discours à la peur d'aller en prison. Qui sait? Une chose est certaine, vous avez besoin de plus d'aide que vous ne le croyez », a mentionné le juge, en l'obligeant à suivre une thérapie en prison pour venir à bout de sa problématique sexuelle.

Le magistrat ordonne qu'il fournisse un échantillon d'ADN, qu'il soit inscrit au registre des délinquants sexuels pour le reste de ses jours. À sa sortie de prison, il se trouvera en probation durant 24 mois.

Parmi les conséquences de la victime, celle-ci avoue que la famille a dû déménager afin de s'éloigner de l'accusé et elle dit avoir de la difficulté à dormir dans sa chambre au sous-sol.

La mère de la victime, dont nous ne pouvons dévoiler l'identité, était présente au tribunal afin d'entendre la décision du magistrat.

Maman soulagée

Dans un courriel envoyé au Quotidien en début de semaine, la maman était bien heureuse que les gestes de Saint-Gelais soient ainsi exposés sur la place publique.

« Nous avons gardé ça en dedans de nous alors que nous voulions le crier sur tous les toits. Nous pouvons maintenant crier victoire. Victoire, car tout le monde saura qui il est. Victoire parce ce que les parents ne laisseront pas ce rôdeur traîner auprès de leur jeune », a écrit la dame.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer