Inculpé au criminel pour avoir tué un chien

Chassé poursuivi pour 230 000 $

Richard-Yves Chassé a discuté de longues minutes avec... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Richard-Yves Chassé a discuté de longues minutes avec son nouvel avocat, Me Charles Cantin, afin de s'assurer de la bonne marche à suivre dans cette histoire de chien abattu à Saint-Honoré.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Alors qu'il renonce à son enquête préliminaire pour avoir tué le chien de son voisin, Richard-Yves Chassé, de Saint-Honoré, apprend qu'il est poursuivi pour une somme de 229 359,63 $ par les propriétaires de Goliath, la défunte bête.

En se rendant au Palais de justice de Chicoutimi, lundi matin, Chassé, un homme de 62 ans, voulait d'abord changer d'avocat, retenant dorénavant les services du criminaliste Charles Cantin et aussi pour y subir son enquête préliminaire devant la Cour du Québec.

Le 10 octobre 2013, M. Chassé aurait abattu le chien du voisin, un bulldog anglais, avec sa carabine de calibre .22. Il a prétendu devoir protéger ses propres animaux, car le chien s'était attaqué à l'un de ses veaux.

Selon les faits rapportés la journée des événements par Julie Michaud, l'une des propriétaires de l'animal, Goliath aurait profité d'un moment d'inattention pour quitter son territoire. Quelques instants après, Mme Michaud et son conjoint, Jimmy Dorval, ont entendu un coup de feu. En se rendant sur les lieux, ils ont aperçu une traînée de sang dans le fossé et ont trouvé leur chien sans vie. Il semble qu'il n'existait aucun conflit entre les voisins.

Requête déposée

Lundi matin, avant que Me Cantin ne fasse part de la décision au juge Michel Boudreault de la renonciation de son client à son enquête préliminaire pour se rendre automatiquement au procès, Richard-Yves Chassé venait d'apprendre qu'une requête introductive d'instance avait été déposée à la Chambre civile de la Cour supérieure. La requête a été signifiée le 29 avril par le bureau Gagnon, Minier avocats.

Dans la requête, il est précisé que la mort du bulldog anglais a eu des répercussions importantes sur les demandeurs, que l'un des membres du couple a dû s'absenter du travail pendant deux semaines, que le projet de construire une résidence a été mis de côté et que les demandeurs ont dû louer une autre maison durant six mois. On y dit que les propriétaires de l'animal font des cauchemars depuis cette affaire.

La plus importante somme réclamée l'est pour la propriétaire de Goliath, Julie Michaud, qui demande 194 359 $ en dommages et intérêts.

Procès

En attendant que les procédures ne se poursuivent dans ce dossier, Richard-Yves Chassé devra subir son procès pour avoir volontairement tué un chien, de le garder pour des fins légitimes, de lui avoir volontairement causé des douleurs sans nécessité, d'avoir utilisé et manipulé une arme sans prendre les précautions nécessaires et d'avoir manipulé une arme à l'encontre des règlements. Pour certaines accusations, il s'expose à une sentence maximale de cinq ans de prison.

« Selon ce que nous savons, il n'y a pas de témoin oculaire de l'acte. Personne n'aurait vu tirer mon client. Au procès, ce sera une question de crédibilité et de versions des faits », a mentionné Me Cantin.

Le dossier criminel a été reporté à mercredi matin. Me Cantin tentera de déterminer une date pour le procès de son client.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer