Pour avoir défoncé une clinique avec sa camionnette

Blackburn subira son procès à l'automne

Pierre Blackburn défendra son dossier devant le tribuanl... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Pierre Blackburn défendra son dossier devant le tribuanl le 9 novembre au Palais de justice de Chicoutimi.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Pierre Blackburn, de Petit-Saguenay, subira son procès le 9 novembre au Palais de justice de Chicoutimi. L'homme de 53 ans est accusé de méfait, de menaces et de conduite dangereuse après avoir foncé dans un édifice commercial de L'Anse-Saint-Jean au mois de septembre dernier.

Me Jean-Claude Ouellet, avocat en défense, et Me Jean-Sébastien Lebel, procureur de la Couronne, ont avisé le tribunal qu'ils s'entendaient pour tenir le procès dans une division spéciale en novembre.

Le 16 septembre 2014, Blackburn aurait lancé sa camionnette dans la vitrine de la clinique médicale anjeannoise. L'individu voulait se rendre au comptoir de la pharmacie afin d'avoir sa dose de morphine pour soulager des maux chroniques au dos. Il voulait par le fait même s'en prendre au pharmacien qui lui avait refusé sa prescription dans les jours précédents.

Après un séjour de deux semaines derrière les barreaux en attente de son enquête de remise en liberté, Blackburn a pu reprendre sa liberté, mais à la condition d'aller vivre chez son neveu et de ne pas se rendre à L'Anse-Saint-Jean.

En novembre, Blackburn a plaidé non coupable aux cinq chefs d'accusation déposés contre lui, soit conduite dangereuse, menaces, méfaits sur l'édifice et sur un véhicule.

rémi houle

Dans un autre ordre d'idées, le Chicoutimien Rémi Houle subira son procès à compter du 11 novembre. L'individu de 72 ans est accusé de possession de matériel de pornographie juvénile. Les policiers de la Sûreté du Québec auraient découvert deux vidéos montrant des enfants dans des positions sexuelles et plus de 4000 photographies.

« Ce que nous prétendons, c'est que les images saisies ne sont pas de la pornographie juvénile. Ce sont plutôt des photos de design », estime Me Jean-Claude Ouellet.

Le procès est prévu pour une durée de trois jours du 11 au 13 novembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer