Jessie Hovington plaide coupable

10 mois pour le vol d'un coffre-fort

Le criminaliste Me Dominic Bouchard.... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Le criminaliste Me Dominic Bouchard.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Baieriveraine Jessie Hovington reçoit une sentence de 10 mois et demi de prison pour une série de délits, dont le vol d'un coffre-fort au marché Saint-Marc à La Baie. Il lui reste neuf mois à purger à compter de maintenant.

La jeune femme de 32 ans devait subir son procès, hier matin, devant le juge Jean Hudon, de la Cour du Québec, pour divers crimes commis depuis 2013 à Tadoussac et ensuite en 2014 et en 2015 à La Baie notamment.

Mais la cliente de Me Dominic Bouchard a plutôt plaidé coupable et a ainsi réglé ses nombreux dossiers.

Le principal coup de Hovington est survenu le 26 janvier 2014 au marché Saint-Marc. Elle y travaillait comme bouchère. Une journée, elle a vu le propriétaire déposer de l'argent liquide et des billets de loterie dans le coffre-fort. Lorsque celui-ci est revenu au commerce en milieu de soirée, il s'est aperçu que tout avait disparu. Le vol était d'une valeur d'environ 10 000$.

Les policiers de Saguenay ont rapidement entrepris leur enquête. Comme la liste des suspects était minime, en raison de l'absence de traces d'effraction, ils ont pu identifier Jessie Hovington comme suspecte. Ils ont mis le cap sur sa résidence.

Après une fouille de l'appartement, un policier s'est mis à la recherche du coffre-fort, estimant que le voleur l'avait abandonné à proximité de son domicile. Le coffre-fort a été aperçu non loin de la résidence. Il avait été vidé de son contenu.

Même si les enquêteurs n'avaient pas de preuves directes, des caméras de surveillance ont permis de l'identifier grâce à sa démarche et à une tuque qu'elle avait l'habitude de porter. Elle avait aussi été filmée à échanger des billets gagnants de la loterie.

Hovington a aussi plaidé coupable à des accusations de vols au dépanneur de son père à Tadoussac, à des vols chez Maxi et du vol d'une bourse dans un bar, sans compter de nombreux bris de probation et d'engagement.

«La peine n'est pas trop sévère, même s'il s'agissait de ses premières véritables accusations. Si elle avait eu un procès, la sentence aurait pu être plus importante», indique Me Bouchard.

«Par contre, je suis persuadé que ma cliente va reprendre le droit chemin. Elle a connu une période difficile qui l'a menée à ces accusations», a-t-il ajouté.

Du côté de la Couronne, Me Michaël Bourget pense aussi qu'il est possible de récupérer l'accusée.

«Le rapport présentenciel laisse voir qu'il s'agit d'une criminalité tardive. Avant 2013, nous n'avions jamais entendu parler de Mme Hovington. C'est dans les deux dernières années qu'elle a commis divers crimes», explique Me Bourget.

«Avec la probation et le suivi probatoire suggéré par Me Bouchard, elle va avoir les outils nécessaires pour régler ses problèmes de consommation de stupéfiants», conclut Me Bourget.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer