Incendie criminel

Ann Vaillancourt subira son procès

La Jonquiéroise Ann Vaillancourt subira son procès pour... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

La Jonquiéroise Ann Vaillancourt subira son procès pour avoir allumé un incendie criminel en mettant en danger la vie humaine.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Jonquiéroise Ann Vaillancourt subira son procès pour avoir allumé un incendie criminel en mettant en danger la vie humaine.

L'avocat de la défense, Me Charles Cantin, a tenu l'enquête préliminaire, hier après-midi, devant le juge Paul Guimond, de la Cour du Québec. Le 26 décembre, la dame de 36 ans aurait allumé un feu devant la porte d'un logement du boulevard Saguenay, à Jonquière.

Le criminaliste avait déjà admis la preuve obtenue par la Couronne, représentée par Me Mélanie Paré. Mais il avait tout de même quelques questions pour l'enquêteur Kevin Boily, de la Sécurité publique de Saguenay (SPS). «La défense ne contestait pas notre preuve. Elle admettait que nous avions tous les éléments nécessaires à l'accusation portée. Et il était inutile de faire entendre des témoins. Me Cantin voulait simplement poser quelques questions à l'enquêteur», de noter Me Mélanie Paré.

L'avocat en défense cherchait à obtenir le plus de détails possible sur l'interrogatoire de sa cliente.

«J'ai eu la confirmation de certains éléments de preuve. Je sais comment s'est passé l'interrogatoire. J'aurai à faire un triage de ce qui a été dit et nous allons soumettre le tout à notre expert, le cas échéant. Une décision sera prise jeudi», a précisé Me Cantin.

Ce dernier précise qu'une déclaration doit être faite de façon libre et volontaire. Il n'ira pas jusqu'à dire que la déclaration de l'accusée a été orientée par l'enquêteur. Il n'a pas l'intention d'entrer dans les détails de sa stratégie pour le moment.

«Je ne me prononcerai pas sur cet aspect. Ma cliente a été citée à procès. Mais une déclaration libre et volontaire doit émaner d'un esprit conscient (operating mind). La personne doit parler sans entrave sur le plan mental et physique. C'est le nerf de la guerre et ça devra être un gros point à discuter», a poursuivi l'avocat.

Quant à la possibilité qu'il se retrouve en conflit d'intérêts pour avoir déjà défendu l'ex-conjoint d'Ann Vaillancourt, Me Cantin n'y voit aucun problème, même si ce client pouvait se trouver à l'intérieur de l'immeuble incendié. «Je ne vois pas de conflit d'intérêts là-dedans. Je ne sais pas non plus qui se trouvait à l'intérieur du logement au moment de l'incendie. Si quelqu'un pense qu'il y a un conflit d'intérêts, on me le signifiera alors», note-t-il.

De son côté, Me Paré soutient que la situation pourrait poser problème éventuellement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer