Menaces envers des cadres de CGI

Desmeules devra subir un examen

Jonathan Desmeules subira une évaluation à l'hôpital de... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Jonathan Desmeules subira une évaluation à l'hôpital de Chicoutimi afin de déterminer s'il est criminellement responsable de ses actes.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'employé de CGI de Chicoutimi, Jonathan Desmeules, subira un examen psychiatrique sur sa responsabilité criminelle.

L'homme de 29 ans a quitté le Palais de justice en direction du Centre hospitalier de Chicoutimi pour y subir des examens plus approfondis. Il reviendra en Cour d'ici le 8 mai avec le diagnostic des psychiatres. Il est accusé de menaces de mort et menaces pour causer des lésions, de possession d'armes dans un dessein dangereux et de possession de cannabis.

Desmeules aurait proféré des menaces sur le réseau social Facebook à l'endroit de son employeur. Selon la preuve, il était en discussion privée avec un ami lorsqu'il a écrit des propos menaçants. Il souhaitait la mort de certaines personnes, dont des membres de la direction de CGI, et il disait que plus il y en aurait, mieux ce serait. Son interlocuteur s'est alors montré inquiet et a communiqué avec les policiers de Saguenay.

Nouvelle preuve

Il est incarcéré depuis quelques jours déjà. Son avocat, Me Charles Cantin, a bien essayé de le remettre en liberté, mais en raison d'une nouvelle preuve et de discussions avec l'employeur et l'ami de Desmeules, il a été convenu de vérifier sa responsabilité criminelle au moment des actes reprochés.

«À force de regarder la preuve, de vérifier les déclarations et de regarder le travail des policiers, sans le remettre en cause, j'estime avoir besoin de cette évaluation. Ce sera un outil très important pour la remise en liberté et la suite du dossier», a commenté Me Cantin.

«Dans cette affaire, il serait très facile de penser que l'on pourrait obtenir une liberté, mais il me manque des éléments sur son état d'esprit. J'ai toutes les raisons de croire que ça pourrait se faire (remise en liberté), mais je ne le ferai pas sans l'évaluation. Ça pourrait permettre d'avoir potentiellement une condamnation différente de celle que l'on pourrait croire», ajoute le criminaliste.

Des accusations sommaires

Me Cantin croit que le dossier n'est pas aussi compliqué que l'on pourrait le croire. Les accusations déposées sont sommaires.

Jonathan Desmeules ne possède pas d'antécédents judiciaires en pareille matière, mais a déjà été reconnu coupable de conduites avec les facultés affaiblies à deux reprises au cours des dernières années.

Du côté de CGI, la direction a augmenté les mesures de sécurité au sein de l'entreprise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer