Terrassement St-Louis

Poursuite de 1,4 M$ contre Saguenay

Les dirigeants de l'entreprise Terrassement St-Louis de Jonquière... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Les dirigeants de l'entreprise Terrassement St-Louis de Jonquière intentent une poursuite de 1 387 850$ contre Saguenay pour la résiliation du contrat de déneigement dans le secteur de Laterrière.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les dirigeants de l'entreprise Terrassement St-Louis de Jonquière intentent une poursuite de 1 387 850$ contre Saguenay pour la résiliation du contrat de déneigement dans le secteur de Laterrière.

Le Quotidien a appris que la requête introductive d'instance en dommages et intérêts a été signifiée au cours des derniers jours au Palais de justice de Chicoutimi.

Il faut se rappeler qu'à la fin du mois de septembre dernier, Saguenay avait retiré le contrat de trois ans pour le déneigement des rues de Laterrière à l'entreprise Terrassement St-Louis étant donné que le bâtiment loué pour l'entreposage des équipements de déneigement ne répondait pas aux exigences de la Ville, notamment pour la distance le séparant de Laterrière.

Saguenay avait pourtant octroyé le contrat de trois ans d'une valeur d'un peu plus de trois millions de dollars en juillet 2014 en connaissant les détails de l'offre de Terrassement St-Louis.

«Ma cliente a alors procédé à des achats et à des locations d'une valeur de plus de 600 000$ afin de remplir le mandat qui lui avait été accordé. Mais une semaine avant le début du contrat, Saguenay a retiré le contrat et l'a plutôt octroyé à une autre firme», explique Me Régis Gaudreault, avocat de la demanderesse.

Ce dernier estime que la résiliation du contrat de manière unilatérale, illégale et abusive met en péril la sécurité financière de l'entreprise Terrassement St-Louis.

Dans la requête, Me Gaudreault indique le problème de conformité relié au local a été évoqué le 8 septembre, mais que les raisons n'ont jamais été mentionnées. Aucune autre communication n'a eu lieu jusqu'au 1er octobre, date du début du contrat. Les détails ont été discutés lors de l'audition pour la requête en injonction provisoire du mois d'octobre.

La poursuite de 1 387 850$ comprend la location d'un local pour trois ans (10 584$), la perte de la vente d'un camion, l'installation d'un GPS et le temps d'antenne pour la durée du contrat et les honoraires juridiques d'une valeur globale de 1 226 870$, sans oublier les assurances (10 980$) et les dommages exemplaires (150 000$).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer