Possession et de production de cannabis

Pierre-Luc Gobeil plaide coupable

Pierre-Luc Gobeil a plaidé coupable aux accusations de... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Pierre-Luc Gobeil a plaidé coupable aux accusations de possession et de production de cannabis qui pesaient contre lui hier matin au Palais de justice de Chicoutimi.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Pierre-Luc Gobeil a plaidé coupable hier matin aux accusations de possession et de production de cannabis qui pesaient contre lui. Comme la défense et la Couronne ont l'intention de demander des peines diamétralement opposées, un rapport présentenciel a été demandé avant le prononcé de la sentence.

Le 22 février 2014, les policiers ont été appelés au domicile de l'individu de 35 ans sur le chemin du Plateau à La Baie pour le décès d'un poupon qui a été victime de la mort subite du nourrisson.

Sur place, les policiers ont découvert sans s'y attendre 951,25 grammes de cannabis répartis dans 31 sacs. Gobeil avait alors affirmé que la drogue était destinée à sa consommation personnelle.

Le 3 décembre dernier, les policiers munis d'un mandat de perquisition sont débarqués à la ferme familiale à la suite d'une enquête menée à partir d'informations du public. Cinq plants de marijuana et 2957 grammes de feuilles et de cocottes de cannabis ont été saisis dans un vieux bâtiment de ferme.

Encore une fois, l'individu a confirmé que la drogue saisie était réservée à sa propre consommation.

« Mon client a affirmé qu'il préférait faire pousser lui-même ses plants plutôt que d'encourager des gens à faire le trafic », a affirmé Me Charles Cantin, avocat de la défense. « Je ne pense pas que ce sont des plants avec un haut taux de THC. Oui les quantités sont importantes, mais on est dans un contexte de consommation personnelle. Rien ne laisse présager que Pierre-Luc Gobeil voulait faire du trafic. Il s'agit d'un entrepreneur en agriculture qui travaille beaucoup », insiste-t-il.

Le criminaliste entend éviter la prison à son client. « Je ne peux pas demander l'absolution, puisque l'offense est passible d'une peine maximale de 14 ans. Mais si j'avais pu le faire, c'est ce que j'aurais fait. Produire pour son propre bénéfice, c'est bien différent que de le faire pour les autres. »

Me Cantin devrait faire référence au décès tragique du bébé d'un mois de Pierre-Luc Gobeil dans sa plaidoirie.

« Ce ne sera pas la pierre angulaire, mais évidemment qu'il y a des événements dans la vie qui amènent des modifications dans le profil de l'accusé. »

La procureure de la Couronne, Me Mélanie Paré, voit les choses tout autrement. « La quantité retrouvée est importante. Il a récidivé alors qu'il était en attente de procès. Une peine de détention sera demandée, contrairement à ce qu'entend demander Me Cantin », a-t-elle affirmé d'emblée.

Me Paré a réclamé la confection d'un rapport présentenciel « pour obtenir un portrait plus juste. »

Le juge Paul Guimond a opté pour la préparation du rapport prépénal.

Le dossier de Pierre-Luc Gobeil reviendra en cour le 17 juin prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer