Justin Mailloux

La sentence sera connue le 8 avril

Justin Mailloux devra revenir devant le tribunal, le... ((Photo le Quotidien, Laura Lévesque))

Agrandir

Justin Mailloux devra revenir devant le tribunal, le 8 avril prochain, pour connaître sa sentence.

(Photo le Quotidien, Laura Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Le ministère public réclame une peine de sept ans de pénitencier pour Justin Mailloux, reconnu coupable d'une douzaine de chefs d'attouchement et d'agression sexuelle, d'attentat à la pudeur et de grossière indécence sur neuf enfants, dont cinq garçons. Une suggestion radicalement opposée à celle de l'avocat de l'ancien homme d'affaires de Normandin, qui demande une peine mixte de deux ans moins un jour, dont 45 jours de détention ferme et environ 22 mois de prison en communauté.

Les actes, rappelons-le, sont survenus entre 1973 et 2010. Pendant une bonne partie de cette période, Justin Mailloux s'occupait d'un foyer d'accueil pour enfants.

Ce dernier a admis une partie de ces gestes pendant le procès. Sa défense ? Il voulait éduquer les jeunes sur la sexualité.

L'âge de Mailloux, 81 ans, l'absence ou le peu de violence dans les crimes et la médiatisation de l'affaire justifient une peine purgée principalement en société, a plaidé Me Denis Otis, hier, au Palais de justice de Roberval, durant les représentations sur sentence.

L'état de santé de Mailloux, en rémission d'un cancer de la prostate, a également été évoqué.

La Couronne a quant à elle insisté sur l'aspect unique de cette histoire, caractérisé par le nombre de victimes et la longue période durant laquelle les crimes ont été commis.

« Je regrette que cela ait eu lieu. Je demande pardon de mes fautes. Je ne pensais jamais avoir une fin de vie aussi difficile », a exprimé Mailloux d'une voix faible, à l'issue des représentations sur sentence.

Le juge Michel Boudreault a pris la cause en délibéré et prononcera la sentence le 8 avril prochain.

« Il n'y a jamais de gagnants dans ces événements. On est tous perdants. Mais j'estime que justice a été rendue », a exprimé le juge Michel Boudreault, qui a tenu à souligner le respect et l'absence d'animosité dans ce procès.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer