Mort de Michel Jobin

L'enquête bifurque vers l'homicide

Michel Jobin a été retrouvé sans vie dans... ((Courtoisie))

Agrandir

Michel Jobin a été retrouvé sans vie dans l'immeuble où il logeait sur la rue Morin à Chicoutimi.

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La mort de Michel Jobin, survenue vendredi dernier dans un immeuble à logements de la rue Morin, à Chicoutimi, pourrait finalement être un homicide.

Depuis ce matin, les enquêteurs de l'Escouade des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec, ont pris la relève de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) qui demeure tout de même dans le dossier.

Au départ, le décès de M. Jobin a été considéré comme une mort suspecte.

L'entrée en scène de la SQ pourrait faire place à une enquête pour homicide.

Depuis la découverte du corps, la SQ se trouvait quelque peu en retrait de l'enquête menée par les policiers de Saguenay.

En raison des circonstances entourant ce décès, la SQ a pris la décision de s'impliquer davantage.

Porte-parole de la SQ, Richard Gagné confirme qu'un changement de garde est survenu au cours des dernières heures.

«Nous avons pris en charge le dossier ce matin (vendredi). Je n'ai pas beaucoup de détails, si ce n'est que nos spécialistes de l'Escouade des crimes contre la personne mènent l'enquête», a indiqué M. Gagné, précisant ne pas avoir beaucoup d'informations.

Événements

Vendredi dernier, le 6 février, un locataire du logement a retrouvé l'homme de 59 ans sans vie. Il gisait au sol, à l'entrée de l'immeuble de la rue Morin. Il semblait décédé depuis quelques heures déjà au moment de sa découverte, vers 7 h 30.

Plusieurs hypothèses ont été étudiées durant la journée de vendredi dernier et les jours qui ont suivi. Une autopsie a été pratiquée au laboratoire médico-légal de Montréal lundi dernier. Les détails n'ont pas encore été dévoilés.

Mais l'arrivée en scène de la SQ laisse voir que la possibilité que l'homme ait été victime d'un homicide ou qu'il soit décédé dans des circonstances criminelles est loin d'être mise de côté.

Michel Jobin était originaire de La Doré et habitait Chicoutimi depuis un certain temps. La date de ses funérailles reste à déterminer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer