Supposition de personne et méfait public

Quand la jalousie mène au tribunal

Elle a également créé un compte Facebook sous... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Elle a également créé un compte Facebook sous une fausse identité afin d'entrer en contact avec son nouveau conjoint. Elle souhaitait ainsi vérifier s'il lui serait fidèle malgré les avances de son alter ego.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

La jalousie et le manque de confiance peuvent mener à poser des gestes regrettables. Une jeune femme de Saguenay a plaidé coupable, hier matin, à des accusations de supposition de personne et de méfait public pour avoir, avec l'intention de tromper, amené un agent de la paix à amorcer une enquête.

Les délits de la jeune femme ont commencé avec une nouvelle relation amoureuse.

Pour provoquer la jalousie de son nouveau conjoint, la dame lui a fait parvenir des menaces de mort au nom de son ex-copain en utilisant la technologie.

Elle a également créé un compte Facebook sous une fausse identité afin d'entrer en contact avec son nouveau conjoint. Elle souhaitait ainsi vérifier s'il lui serait fidèle malgré les avances de son alter ego.

Les événements se sont produits entre le mois de mai 2013 et le mois de janvier 2014.

La cliente de Me Julien Boulianne, sans antécédent judiciaire, n'est plus avec le conjoint en question. Elle affirme vivre maintenant une relation saine où il n'y a ni jalousie ni manque de confiance.

La jeune femme a écopé de 75 heures de travaux communautaires pour avoir fait débuter une enquête, ainsi que de 25 heures de travaux supplémentaires pour avoir utilisé une fausse identité.

Elle devra également garder la paix et avoir une bonne conduite pour les 18 prochains mois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer