Philippe Barnabé

Au pénitencier pour les deux prochaines années

Me Charles Cantin, l'avocat de Philippe Barnabé.... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Me Charles Cantin, l'avocat de Philippe Barnabé.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Chicoutimi) Le Montréalais Philippe Barnabé s'en va au pénitencier pour les deux prochaines années. Il vient de se rendre compte que la violation d'un domicile privé n'est pas pris à la légère par le tribunal.

Le client de Me Charles Cantin aura défrayé les manchettes tout au long de la semaine. Après avoir essuyé un refus de suivre une thérapie, l'individu de 26 ans a décidé de régler ses dossiers devant le tribunal.

Barnabé avait été arrêté le 27 janvier dernier à la suite d'une introduction par effraction dans une résidence privée de Jonquière.

Peu de temps après son arrestation, il a fait une déclaration incriminante dans laquelle il avouait quatre autres crimes du même genre.

Il a reconnu s'être introduit dans des résidences du secteur des rues Saint-Gabriel, des Merles et Panet, à Jonquière, pour y voler des bijoux et de l'argent.

Il a été pris par les policiers, après que ceux-ci aient suivi les traces laissées dans la neige par Barnabé à la suite de son dernier larcin.

Le Code criminel prévoit l'emprisonnement à perpétuité pour les violations des domiciles des citoyens, l'une des accusations les plus graves en matière criminelle.

Devant le juge Pierre Simard, de la Cour du Québec, l'avocat en défense, Me Cantin, la procureure de la Couronne, Me Mélanie Paré, et même l'accusé ont suggéré une sentence fédérale de deux années de prison.

« Je n'aurais pas nécessairement demandé une peine de deux ans, mais mon client croit qu'il pourra obtenir une meilleure aide dans un pénitencier. Ce dossier aurait pu se terminer par une peine provinciale », indique le criminaliste.

« Je ne crois pas que l'on reverra M. Barnabé devant le Tribunal. Il arrive que des accusés ne reviennent pas. Il a les atouts nécessaires pour devenir un actif pour la société. Mon client a du potentiel. Il était inscrit à l'université. Mais je peux me tromper aussi », de poursuivre Me Cantin.

La sentence de deux années de pénitencier n'est pas non plus déraisonnable. Barnabé possède des antécédents judiciaires en semblable matière. Il a déjà été condamné à 10 mois de prison pour des introductions par effraction et des vols.

« Il s'agit d'une peine appropriée. Sa feuille de route est importante dans le domaine des introductions par effraction. Il avait déjà eu 10 mois dans le passé. Il devait y avoir une gradation des peines. Et au fédéral, il pourra avoir les services nécessaires pour régler ses problèmes de consommation », note Me Mélanie Paré.

À sa sortie de prison, Barnabé se trouvera sous probation pour une période de 36 mois, en plus d'un suivi de 18 mois avec un agent de probation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer