Dupéré reçoit sa sentence

Carl Dupéré risquait 48 mois de prison. Devant... ((Photo Jeannot Lévesque))

Agrandir

Carl Dupéré risquait 48 mois de prison. Devant cet état de fait, il veut retirer un plaidoyer de culpabilité notamment sur la possession d'une arme à feu, qui l'envoie à l'ombre pour 36 mois

(Photo Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Chicoutimi) Face à la possibilité de faire quatre années de prison, Carl Dupéré fait volte-face au Palais de justice de Chicoutimi et demande à retirer son plaidoyer de culpabilité relativement à la possession d'une arme à feu.

L'individu de 38 ans de Shipshaw devait recevoir sa sentence hier. La juge Micheline Paradis était prête à rendre sa décision relativement aux accusations de production de 640 plants de marijuana et de la possession d'une arme à feu dans un dessein dangereux. Il avait été démasqué le 24 septembre 2014 dans le cadre de l'opération Cisaille en compagnie de ses acolytes Sylvain Poirier et Patrick Ringuette.

Le client de Me Emelie Ainsley s'exposait à une sentence de 12 mois de prison pour la drogue et à 36 mois de pénitencier pour l'arme à feu, soit un total de 48 mois derrière les barreaux.

« Mon client vient de m'aviser qu'il voulait retirer ses plaidoyers de culpabilité. Je n'ai donc plus le mandat de plaider sur la sentence », a expliqué Me Ainsley, lors de son passage à la salle d'audience.

Il va sans dire que ce changement de cap n'a pas fait l'affaire de la représentante de la Couronne, Me Nicole Ouellet, ni de la juge Micheline Paradis.

Celle-ci a rappelé à l'accusé qu'il avait réitéré son plaidoyer de culpabilité en décembre et qu'il était au courant des accusations déposées contre lui.

« Je ne sais pas ce qui m'a pris de faire ça (plaider coupable) », a lancé Dupéré, avant de voir son avocate lui dire d'attendre à sa prochaine apparition en Cour pour exprimer les raisons de sa décision.

Les deux parties ont été convoquées au Palais de justice le 27 février prochain. Dupéré aura l'opportunité de plaider sa cause et la juge de la Cour du Québec verra à prendre la décision qui s'impose sur le maintien ou non du plaidoyer de culpabilité.

L'un des coaccusés dans cette affaire, Sylvain Poirier, a été condamné à 30 mois de prison au début du mois de janvier. Il avait plaidé coupable à la culture de 240 plants de marijuana.

Quant à Patrick Ringuette, son dossier a été remis au 5 février, car son avocat Me Luc Tourangeau veut connaître le sort de Dupéré auparavant. Le dossier de Ringuette risque fort d'être repoussé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer