Vols de voiture et de billets de loterie

Desgagné à l'ombre pour deux ans

Le voleur de voitures Sylvain Desgagné se retrouve... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Le voleur de voitures Sylvain Desgagné se retrouve à l'ombre pour les deux prochaines années.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Chicoutimi) Le voleur de voitures Sylvain Desgagné se retrouve à l'ombre pour les deux prochaines années. Mais sa sentence pourrait s'alourdir de quelques mois lorsqu'il réglera son dossier de vol d'une camionnette et d'un délit de fuite à Saint-Félicien.

Le client de Me Dominic Bouchard a pris la décision de régler les six dossiers qui l'attendaient dans le district judiciaire de Chicoutimi. Le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, a entériné la suggestion commune, en retranchant les quatre mois et deux semaines purgés préventivement par l'accusé de 42 ans.

L'individu de Mashteuiatsh possède de nombreux antécédents judiciaires. Lors de son dernier vol d'une voiture, il avait écopé de 16 mois d'emprisonnement.

Cette fois, il reçoit une peine fédérale.

Les mésaventures saguenéennes de Desgagné ont eu lieu au mois de mai 2014. Le 18, il a subtilisé une bonne quantité de billets de loterie au comptoir de Loto-Québec de Place du Royaume. Il avait profité d'un moment d'inattention de la commis pour se pencher par-dessus le comptoir et se sauver avec plusieurs billets.

Deux jours plus tard, il a dérobé une Mazda 3 2012 dans le stationnement du garage de l'Ami junior de Chicoutimi. Les clefs étaient dans le contact, car un employé s'apprêtait à stationner le véhicule.

Le 22 mai, le multirécidiviste a commis un autre vol de billets de loterie. Cette fois, l'employée a porté plainte. Avec les images vidéos, les responsables de la sécurité ont pu identifier le voleur, notamment en raison des vêtements qu'il portait.

Les policiers de Saguenay ont été en mesure de l'identifier et ont pu l'arrêter quelques jours plus tard. Les accusations ont alors été portées pour l'ensemble des dossiers.

Il avait été remis en liberté le 8 août et devait se rapporter à la Maison des Sans-abri de Chicoutimi, ce qu'il n'a jamais fait.

Quelques mois plus tard, Desgagné a poursuivi son oeuvre en volant un véhicule à Saint-Félicien et a fui la police avant d'emboutir un poteau électrique à Sainte-Hedwidge. Il avait réussi à échapper aux limiers.

Il a été rattrapé quelques jours plus tard à Montréal.

Lors des représentations sur sentence, Me Bouchard a précisé que son client ne pouvait vraiment pas payer les suramendes étant donné qu'il n'a pas d'emploi fixe.

Le juge Boudreault a profité de l'opportunité pour ajouter: « Il n'a pas le temps car il vole trop. »

Celui-ci a ensuite regardé l'individu et lui a précisé qu'il avait perdu espoir de le récupérer et Desgagné s'est dit en partie en accord avec les propos.

« Je ne pense pas que mon client ait approuvé les commentaires du juge. Il a peut-être mal compris. Il n'assimile pas tout ce qui se passe en cour. Il est peu scolarisé, n'a pas de moyens. Pour se replacer, il va avoir besoin d'un bon coup de barre », de noter Me Bouchard.

Quant au dossier du district judiciaire de Roberval, Me Bouchard ne sait pas ce qui attend Desgagné, car il ne le représente pas.

« Ce sera au juge de déterminer si les événements sont concomitants (qui coïncide ou à peu près dans le même temps) ou s'il considérera que la peine doit être consécutive aux autres dossiers », indique le criminaliste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer