Accusé du meurtre de sa conjointe et arrêté à Jonquière

Kyle Sheppard toujours au Québec

L'Américain Kyle Sheppard, accusé du meurtre de sa... ((Archives))

Agrandir

L'Américain Kyle Sheppard, accusé du meurtre de sa conjointe Katie Sheppard en novembre 2012, à Toledo, en Ohio, demeure toujours incarcéré dans une prison québécoise.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(JONQUIÈRE) L'Américain Kyle Sheppard, accusé du meurtre de sa conjointe Katie Sheppard en novembre 2012, à Toledo, en Ohio, demeure toujours incarcéré dans une prison québécoise. L'homme qui s'était rendu jusqu'à Jonquière a vu un juge de la Cour supérieure autoriser son extradition vers les États-Unis. Comme la décision a été portée en appel, Sheppard n'est toujours pas retourné au pays de l'oncle Sam.

Sheppard possède la double nationalité américaine et canadienne. Il est accusé d'avoir étranglé sa conjointe au domicile familial le 2 novembre 2012, car il la soupçonnait de le tromper. Il l'avait laissée sans vie sous une couverture sur le balcon de la résidence.

Immédiatement après le meurtre, l'homme a pris le volant de son Jeep Patriot et a quitté l'État de l'Ohio vers une destination inconnue. Il a été en mesure de franchir la frontière canadienne vers 19h50, à la hauteur de Windsor, en Ontario, sans trop de difficulté étant donné qu'il n'était pas encore un homme recherché à ce moment.

Il a ensuite poursuivi sa route jusqu'au motel Princesse, à Jonquière. Une fois installé dans une chambre, vers 5h du matin, il a communiqué avec les services de police de Saguenay pour avouer son crime. Il a immédiatement été arrêté et a comparu au Palais de justice de Chicoutimi avant d'être amené au Palais de justice de Montréal.

Il y a maintenant plus d'une année que le dossier n'a pas avancé. Le 22 octobre 2013, près d'une année après les événements, le juge Guy Cournoyer, de la Cour supérieure, ordonnait l'extradition de Sheppard, maintenant âgé de 32 ans. Le magistrat estimait que la preuve obtenue était suffisante pour retourner l'accusé dans le pays où il demeurait au moment des tristes événements.

Sauf que l'avocat de Sheppard, le Torontois Me Daniel J. Brodsky, a porté la décision en appel. Ce dossier devrait être entendu dans les premiers mois de 2015. Aucune date n'a encore été fixée étant donné que la Cour d'appel du Québec n'a pas obtenu le certificat de mise en état du dossier. Il manque encore quelques informations avant de passer à une nouvelle étape.

La double citoyenneté de Sheppard peut avoir fait en sorte que son extradition n'ait pas encore été exécutée.

Il faut savoir que l'accusé risque la peine de mort dans l'État de l'Ohio, alors que cette possibilité n'existe pas au Canada.

«La charte canadienne des droits précise qu'un accusé a droit au meilleur des châtiments. Il est possible que le fait que Kyle Sheppard possède la citoyenneté canadienne fasse en sorte qu'il soit plus difficile de l'extrader dans un endroit où il pourrait être exécuté", a mentionné Me Charles Cantin, qui a notamment discuté du dossier avec son homologue de Toronto.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer