Arrêté pour ivresse au volant

Il vole l'identité de son colocataire

Palais de justice de Chicoutimi.... ((Archives))

Agrandir

Palais de justice de Chicoutimi.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Chicoutimi) Frédéric Blackburn-Laroche pourrait bien régler ses nombreux dossiers devant la justice. Il pourrait plaider coupable aujourd'hui à 18 chefs d'accusation.

Au cours de la dernière fin de semaine, le Chicoutimien de 24 ans a été arrêté une autre fois pour une entrave au travail des policiers, des voies de fait et d'avoir fourni de faux documents.

Blackburn-Laroche, représenté par Me Julien Boulianne, est un habitué du Palais de justice de Chicoutimi. Il possède une bonne feuille de route en matière de faculté affaiblie, de bris de probation et d'engagement et de voies de fait.

« Mon client a été arrêté au Pub Avenue le 6 décembre pour des voies de fait simple. Il a par le fait même effectué un bris de promesse et un bris de probation. Je vais essayer de tenir son enquête de remise en liberté jeudi ou je vais régler les dossiers auxquels il doit faire face », note Me Boulianne.

L'individu n'en est pas à une première tentative de vouloir se faire passer pour quelqu'un d'autre. Le 15 août, il a été intercepté par les policiers de Saguenay alors qu'il a conduit avec les facultés affaiblies. Au lieu de fournir ses propres papiers, il a plutôt remis le nom de son colocataire.

Sauf que la substitution de personne n'a pas duré très longtemps. Peu de temps après l'arrestation, son colocataire a voulu s'acheter une voiture. Au moment de l'immatriculer, on lui a dit qu'il ne pouvait le faire étant donné que son permis de conduire était suspendu pour une conduite avec les facultés affaiblies.

Ne comprenant pas ce qui se passait, le colocataire s'est rendu au poste de police pour en avoir le coeur net.

À force de se faire poser des questions, l'individu a fini par penser que son colocataire pouvait avoir utilisé son nom. Les agents se sont alors aperçus que la personne arrêtée lors de la faculté affaiblie était Frédéric Blackburn-Laroche et qu'il avait fourni une fausse identité pour éviter les problèmes.

Hier, le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, a rappelé à l'accusé qu'il était aussi accusé de voies de fait causant des lésions survenues le 26 septembre au Pub Avenue et de la fabrication de faux billets de médecin en octobre.

Dans le passé, Blackburn-Laroche a déjà écopé d'une sentence de prison à être purgée les fins de semaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer