Le policier de Mashteuiatsh a usé d'une force plus grande que nécessaire Signature:

Gerry Paul coupable

Le policier de Mashteuiatsh Gerry Paul a été... ((Photo Jeannot Lévesque))

Agrandir

Le policier de Mashteuiatsh Gerry Paul a été reconnu coupable de voies de fait sur une femme dans une salle d'interrogatoire du poste de police en mai 2012.

(Photo Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Quotidien

(CHICOUTIMI) Le policier de Mashteuiatsh Gerry Paul est reconnu coupable de voies de fait sur une femme à la suite de son arrestation le 14 mai 2012. Le juge Pierre Simard de la Cour du Québec a rendu son verdict au Palais de justice de Chicoutimi en fin d'avant-midi hier.

Dans son jugement, le juge Simard affirme que le policier de la Sécurité publique de Mashteuiatsh a usé d'une force plus grande que nécessaire. Il souligne que sa façon d'agir n'est pas conforme à l'enseignement policier en pareille matière. «Le policier a usé d'une force inadéquate et beaucoup trop importante même si les conséquences n'étaient pas voulues», a-t-il déclaré.

Le 14 mai 2012, la jeune femme intoxiquée et en détresse psychologique a été amenée dans une salle d'interrogatoire du poste de police de Mashteuiatsh. Le policier Gerry Paul a exercé un contrôle articulaire forçant la dame à se lever afin de lui enlever sa chaise. La victime est tombée au sol.

Le juge affirme que la victime avait un comportement passif quelques minutes avant les événements. Elle n'a pas menacé les policiers.

«Il n'y avait pas d'urgence pressante à un point tel qu'il devait utiliser cette force», affirme le juge Simard.

Il ajoute que le policier aurait dû communiquer avec la jeune femme. «Il aurait été approprié d'établir la communication avec la dame qui a eu quelques secondes seulement pour faire face à une situation qu'elle ne pouvait prévoir. Il n'y avait pas d'urgence pour écarter cette communication.»

La victime, qui ne se souvient de rien, n'a pas témoigné dans la cause.

La preuve reposait sur une vidéo tournée dans la salle d'interrogatoire.

La procureure de la Couronne, Me Marie-Josée Hamelin-Gagnon, s'est dite très satisfaite de la décision rendue.

«Lorsque les policiers font affaire avec des gens qui ont des problématiques de santé mentale, il faut qu'ils s'assurent que ces personnes ont une bonne compréhension de ce qui se passe, il faut utiliser une approche différente. Il n'y a eu aucune verbalisation de la part du policier.»

L'accusé n'a pas réagi à l'annonce de la décision du juge.

Gerry Paul reviendra devant le juge Pierre Simard le 7 janvier 2015, au palais de justice de Roberval, afin de connaître sa sentence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer