Poignardés pour 100 $

Deux agresseurs devenus victimes

Josée Beaumont, 53 ans, a livré vendredi à...

Agrandir

Josée Beaumont, 53 ans, a livré vendredi à un juge sa version par rapport à une relation «intime» qu'elle a eue avec un garçon de 14 ans à l'été 2010.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHICOUTIMI) Les Baieriverains Dave Verreault et François Minier avaient reçu 100 $ pour donner une bonne leçon à Tommy Gagnon. Ils ont plutôt fini la soirée du 24 janvier 2013 aux services des urgences après avoir été poignardés par leur victime.

Les deux individus ont décidé de plaider coupable à des accusations de complot, d'introduction par effraction, d'extorsion, de possession d'une arme prohibée (poing américain) et de voies de fait armées devant le juge Jean Hudon, de la Cour du Québec.

Pendant ce temps, Gagnon attendait patiemment dans la salle d'audience, lui qui n'a pas été accusé. Des accusations de tentative de meurtre avaient été envisagées contre Gagnon, mais le directeur des poursuites criminelles et pénales a estimé qu'il avait agi en légitime défense.

L'histoire remonte donc à janvier 2013 à La Baie. Verreault, qui était représenté par Me David-Alexandre Aubé, entend dire que Gagnon commet des actes répréhensibles. Il se fait offrir 100 $ pour donner une leçon et une bonne frousse à sa victime.

Verreault, 23 ans, s'adjoint Minier, dont l'avocat en défense est Me Charles Cantin, pour faire le boulot. Lorsqu'ils arrivent devant Gagnon, celui-ci leur dit que ça n'a aucun sens qu'un contrat ait été mis sur sa tête.

Les deux agresseurs demandent plutôt 200 $ à Gagnon afin de lui éviter, pour l'instant, d'autres problèmes. Ils lui disent qu'ils analyseront la situation une fois qu'ils auront leur argent.

Sauf que la situation n'a pas suivi le chemin que les agresseurs croyaient. Une discussion a eu lieu.

À un moment donné, Gagnon a reçu un coup de poing américain en plein visage. Il a aussi été menacé à la pointe d'un couteau.

Face à cette situation, la victime n'a alors fait ni un ni deux et a elle aussi pris des couteaux. Gagnon a poignardé Minier et Verreault. Ceux-ci sont sortis de la résidence et se sont effondrés quelques dizaines de mètres plus loin dans la rue.

Après les faits, Tommy Gagnon s'est rendu au service de police de Saguenay pour raconter son histoire. Comme il avait les vêtements en sang, les policiers ont poursuivi leur enquête et n'ont pas mis de temps à relier cet événement aux deux individus retrouvés dans une rue après avoir reçu des coups de couteau.

Les deux agresseurs ont soutenu ne plus se rappeler vraiment des faits de cette soirée de janvier 2013 et ont été reconnus coupables en raison de la preuve accumulée contre eux.

Un rapport présentenciel a été demandé par la Couronne en raison des antécédents judiciaires des deux individus. Minier, âgé de 35 ans, a déjà été reconnu coupable d'une conduite avec les facultés affaiblies. Verreault a le même antécédent, en plus d'un dossier de vol. La sentence sera connue le 20 avril.

«Je pense bien que mon client a déjà eu sa sentence. Il a payé chèrement ce qui s'est produit ", a conclu Me Cantin, sachant que le juge Hudon imposera tout de même une autre peine aux deux individus.

Sbegin@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer