Culpabilité de Jean-Louis Savard

La défense songe à en appeler

Me Christian Maltais, avocat de Jean-Louis Savard.... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

Me Christian Maltais, avocat de Jean-Louis Savard.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Chicoutimi) Alors que Me Mélanie Paré est très satisfaite de la culpabilité de Jean-Louis Savard, l'avocat en défense, Me Christian Maltais ne cache pas une grande déception. Il entend porter la décision en appel.

Me Mélanie Paré, procureure de la Couronne.... ((Photo Rocket Lavoie)) - image 1.0

Agrandir

Me Mélanie Paré, procureure de la Couronne.

(Photo Rocket Lavoie)

« Au plan humain, ce fut très difficile, mais je suis très satisfaite pour les victimes. Il s'agit de leur vie, de leur vécu à elles. Ces gens vont pouvoir enfin tourner la page », a indiqué Me Paré.

Questionnée à savoir si elle avait déjà eu à s'occuper d'une histoire aussi triste, la procureure de la Couronne avoue que ce fut un dossier particulier.

« Je ne veux rien minimiser. J'ai rencontré de nombreuses victimes en 10 années de carrière. Mais dans cette affaire, ce fut un procès difficile long de 14 jours », de préciser Me Paré.

De l'autre côté, l'avocat de la défense n'en croyait pas ses oreilles de la décision du juge Boudreault. Mais il a réalisé très rapidement que son client ne s'en sortirait pas.

« C'est une très grande surprise. Une très grande déception. C'est clair. Mon client est atterré et la famille également. Il y avait une croyance sincère dans son innocence. Mais le juge n'a pas retenu notre défense et il n'y a pas eu de doute à son égard. »

« À chaud, ça donne un coup. Il a été trouvé coupable par un juge qui ne l'a pas cru. Il y a des tribunaux d'appel et on devrait s'en pourvoir très prochainement. Nous sommes déçus. Nous sommes dans un pays libre et le juge a rendu le jugement qu'il croyait devoir rendre. Malgré tout, je crois à l'innocence de cet individu-là », d'ajoute Me Maltais.

À la sortie de la Cour, la conjointe de Jean-Louis Savard a eu besoin d'un fauteuil roulant, visiblement ébranlée par la culpabilité de son mari. Durant le verdict, les enfants et la conjointe de Savard ont versé des larmes, alors que l'accusé n'a pas bronché, écoutant la décision calmement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer