Le juge est malade, dit un condamné

Le juge Michel Boudreault, de la Cour du... ((Archives))

Agrandir

Le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, a imposé une sentence de 12 mois d'incarcération au client de Me Charles Cantin. Gagné, âgé de 51 ans.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(CHICOUTIMI) Marc Gagné réfléchira en prison à ses sautes d'humeur et à ses tendances agressives.

Le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, a imposé une sentence de 12 mois d'incarcération au client de Me Charles Cantin. Gagné, âgé de 51 ans, a commis des voies de fait sur une de ses connaissances au début du mois de septembre.

Comme à chaque fois où Gagné se retrouve devant la justice pour des actes de violence, il avait consommé de l'alcool et des médicaments, un mélange plutôt explosif pour cet individu.

Le criminaliste Cantin a tout fait pour éviter les barreaux à son client. Il aurait préféré de loin que l'homme puisse demeurer en liberté. Il aurait voulu qu'il puisse obtenir de l'aide, en allant notamment au centre le Ressac. Mais Gagné a refusé de s'y rendre.

Au moment de rendre sa sentence, le magistrat s'est plutôt tourné vers les antécédents judiciaires de Gagné en matière de violence. Sa peine d'hier était sa 11e en pareille matière. Depuis 1991, l'individu de Jonquière a été condamné à 48 mois d'emprisonnement pour un vol qualifié, a écopé de sentence de deux, trois et quatre mois, de même que deux peines suspendues.

«Votre témoignage était empreint d'hésitation. Vous dites être en mesure de fonctionner en société. Je ne partage pas votre point de vue. Je crois que vous êtes rendus à l'heure des mises au point», admet le juge Boudreault.

«Vous voulez allez aux Sans-abri, mais cet endroit n'est pas approprié pour vous. Le Tribunal n'en est plus là avec vous. Je me dois de protéger la société. Il faut vous dissuader d'être violent et je me dois d'appliquer une gradation des sentences», a poursuivi le juge.

Marc Gagné reçoit une peine de 10 mois pour les voies de fait et deux mois consécutifs pour les bris de probation. Le magistrat déduit l'équivalent de deux mois d'emprisonnement préventif. Il lui reste donc 10 mois à purger.

À l'annonce de la sentence, Marc Gagné n'a pas vraiment apprécié.

«Charles (son avocat), tu peux lui dire que l'on va aller en appel de cette sentence. Il (le juge) est malade», a lancé Gagné, avant que le magistrat Boudreault n'ordonne sa sortie de la salle d'audience pour qu'il soit ramené au bloc cellulaire du Palais de justice de Chicoutimi.

Au terme de la présence de Gagné en Cour, Me Charles Cantin était déçu de la tournure des événements, mais comprenait la position du juge.

«La non-collaboration de l'accusé n'a pas aidé sa cause. Le Tribunal lui avait tendu la main, mais il ne l'a pas pris. J'ai tout fait ce qu'il était humainement possible de faire. Les Sans-Abri ne voulaient pas de lui, mais j'ai réussi à les convaincre. Les gens de la probation ont accepté de le référer à la maison Ressac et ceux-ci étaient prêts à le recevoir. Il ira plutôt en prison», a conclu Me Cantin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer