Dany Lussier à l'ombre jusqu'à la tenue de son procès

Pas facile d'obtenir la confiance du juge

La suggestion de sentence de 90 jours à...

Agrandir

La suggestion de sentence de 90 jours à purger de façon discontinue faite par l'avocat de défense Me Herman Bédard «n'est pas appropriée», a indiqué le magistrat.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHICOUTIMI) L'un des éléments les plus importants pour un accusé qui souhaite reprendre sa liberté, c'est d'obtenir la confiance du juge. Dany Lussier, un individu de Jonquière, n'a vraiment pas passé l'examen et demeurera à l'ombre jusqu'à la tenue de son procès.

«La perception que j'ai de vous, c'est que vous riez du système judiciaire et vous jouez avec. Aujourd'hui, ça va cesser. Assez, c'est assez ", a lancé le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec.

Le client de Me Charles Cantin a été intercepté le 27 septembre dernier à Longueuil. Il conduisait une automobile et les agents ont vu qu'il était recherché, qu'un mandat avait été lancé contre lui en mai 2014. Il est en attente de son procès pour conduite avec les facultés affaiblies, accusation qui remonte à 2012.

Arrêté et transféré à Chicoutimi, l'homme de 39 ans a tenté de reprendre sa liberté. Sa conjointe, Isabelle Gaudreault, a mis son chalet et ses véhicules tout-terrain en garantie. Elle était prête jusqu'à hauteur de 10 000 $ et n'aurait pas hésité un instant à dénoncer l'accusé s'il ne respectait pas les conditions de remise en liberté.

«Je l'ai déjà fait pour mon propre fils, je le ferais pour lui aussi. Je peux vous dire qu'il va se présenter en cour lorsque ce sera nécessaire ", a-t-elle mentionné.

Ce n'est pas la première fois que Lussier rate un rendez-vous avec la justice. Il devait comparaître en février 2013, mais n'était pas à la cour. Un mois plus tard, un mandat a été lancé. Il a été arrêté et remis en liberté sous promesse de comparaître, mais il a omis de le faire.

Le même manège s'est répété une troisième fois en mai 2014 où il a fait défaut à la cour. Son arrestation à la fin du mois de septembre a permis à la procureure de la Couronne, Me Mélanie Paré, de démontrer que l'accusé n'était pas fiable et qu'il pourrait faire faux bond une autre fois.

Pour tous ces facteurs, le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, n'a accordé aucune crédibilité à Lussier, un récidiviste de l'alcool au volant.

«Ça fait trois fois que vous êtes remis en liberté et que vous devez vous présenter en cour et que vous ne le faites pas. Votre attitude n'est pas sérieuse et vous avez fait preuve d'une négligence grossière au cours des derniers mois. Je ne vous accorde aucune crédibilité et il n'est pas question que je risque de faire perdre 10 000 $ à votre conjointe ", indique le juge.

«Vous n'avez jamais pris vos conditions de remise en liberté au sérieux. Vous avez accumulé les bris à de nombreuses reprises, au fil des années. Vous avez passé votre vie à ne pas respecter les conditions de remise en liberté. Cela me fait dire que vous ne serez pas en Cour la prochaine fois que l'on vous demandera d'y être. Il n'y aura donc pas de remise en liberté ", précise le magistrat.

Le dossier reviendra en Cour le 14 octobre. Cette fois, Lussier y sera, car il sera amené directement de la prison.

Sbegin@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer