Dallaire à quelques votes d'une victoire

Gisèle Dallaire a livré une dure bataille pour... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Gisèle Dallaire a livré une dure bataille pour le NPD dans Lac-Saint-Jean, mais a finalement dû concéder la victoire après une longue soirée.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La néodémocrate Gisèle Dallaire est passée à quelques centaines de votes de causer l'une des grandes surprises de l'élection fédérale. Mais elle a finalement dû s'avouer vaincue devant le lieutenant de Stephen Harper au Québec, Denis Lebel.

Tout au long de la soirée électorale, les quelques partisans du NPD dans Lac-Saint-Jean réunis à la Boîte à bleuets d'Alma ont manifesté leur joie lorsque leur candidate se trouvait en avance.

Mais plus la soirée avançait et plus le conservateur Denis Lebel récoltait des votes et creusait l'écart avec sa principale rivale. Et moins les responsables prenaient la parole pour annoncer les résultats.

Gisèle Dallaire s'est présentée devant ses partisans vers 23h45 et a été accueillie avec de nombreux applaudissements.

«On était si proche. Je suis vraiment satisfaite de la soirée. J'ai vraiment fait peur à Denis Lebel. Je l'avais dit que nous aurions une lutte à deux et c'est ce qui s'est produit. Ce fut une belle bataille. Je peux vous dire que ce ne fut pas une campagne ennuyante, car on s'échangeait l'avance», a mentionné Gisèle Dallaire.

«Je viens de vivre une belle aventure. J'ai récolté plus de 10 000 votes (plus de 13 000). Nous faisions tout de même face à une grosse pointure en Denis Lebel», a poursuivi Mme Dallaire.

Cette dernière n'entend pas en rester là. Elle a adoré l'expérience et espère avoir fait sa marque au sein du NPD. Mme Dallaire n'annonce pas qu'elle sera candidate à la prochaine élection, mais comme elle le dit, on ne sait jamais.

«J'ai appris à patiner dans les ligues majeures. On a démontré que le NPD peut être solide dans la région et il faut continuer. On va devenir un incontournable», a repris la candidate qui termine au deuxième rang de cette lutte jeannoise.

Gisèle Dallaire n'avait nullement l'air abattu à son arrivée devant ses partisans. Bien au contraire. Elle avoue qu'elle a pu miser sur une excellente équipe de bénévoles.

Sabin Gaudreault était en compagnie de l'ex-candidat Claude... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin) - image 2.0

Agrandir

Sabin Gaudreault était en compagnie de l'ex-candidat Claude Pilote pour suivre la soirée électorale. Il explique sa défaite au vote stratégique.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Sabin Gaudreault déçu du vote stratégique

Le candidat bloquiste Sabin Gaudreault estime que le vote stratégique pour le NPD demandé par la FTQ lui a nui et a réduit le pourcentage que la population lui a accordé.

«Le syndicat voulait sortir les conservateurs et il a réussi. C'est certain que ça nous a touchés. Il y a des souverainistes qui ont dit qu'ils voteraient pour le NPD. On pensait en ramasser plus parce que je suis encore convaincu que nous sommes les mieux placés pour défendre les intérêts du Québec», a-t-il commenté à l'issue du scrutin, hier soir, au Château Roberval.

Il est heureux de l'expérience acquise lors de cette élection et est satisfait du travail accompli. Sabin Gaudrault est content que de nouveaux candidats bloquistes aient été élus.

«Plusieurs trouvaient que nous étions un parti moribond et que nous avions un pied dans la tombe. Le résultat démontre que nous avons encore notre place. Je suis convaincu que le Bloc pourra encore faire le travail et défendre les agriculteurs pour le partenariat transpacifique, la caisse de l'assurance chômage et la revitalisation des régions. J'ai hâte de voir comment ça va être avec les libéraux», a-t-il souhaité.

(Par Louis Potvin)

Sabin Simard aurait voulu être de la vague

Sabin Simard aurait bien voulu vivre un autre genre de soirée électorale. Il aurait bien aimé que la circonscription de Lac-Saint-Jean puisse se retrouver au pouvoir.

« Je suis déçu, oui et non », a commencé par dire M. Simard, le candidat libéral.

« Il aurait été bien agréable que le comté puisse se retrouver au pouvoir plutôt que dans l'opposition », ajoute-t-il.

Tendance

Sabin Simard ne comprend pas que les gens du Lac-Saint-Jean n'aient pas vu la tendance qui se dessinait au travers du Canada depuis maintenant plusieurs jours.

« La tendance était là. Par contre, je dois dire que je suis moi-même surpris de voir que le Parti libéral du Canada a réussi à prendre autant d'avance si rapidement. Tout s'est fait très vite dès le moment que les résultats des Maritimes ont été publiés », a indiqué Sabin Simard, qui a espéré une bonne partie de la soirée que le vent tourne en sa faveur.

(Par Stéphane Bégin)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer