Denis Lebel a eu chaud

Denis Lebel est redevenu simple député, hier, et... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Denis Lebel est redevenu simple député, hier, et se désolait de voir que son parti perdait le pouvoir.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Denis Lebel a eu chaud. Le candidat conservateur est réélu dans Lac-Saint-Jean avec une majorité de plus de 2400 votes, mais il se retrouve dans l'opposition.

L'ex-ministre n'a pas caché que cette victoire était décevante, car son parti n'était plus au pouvoir. « Le changement s'est manifesté parce que beaucoup de gens parlaient du changement, c'est ce qui s'est réalisé. Il faut en prendre acte. Notre rôle sera d'être l'opposition officielle. Ce soir on félicite monsieur Trudeau et on prend acte du résultat », a-t-il commenté chaudement accueilli par quarantaine de militants.

Même s'il perd du galon en devenant un simple député, Denis Lebel promet de défendre l'intérêt des gens de sa circonscription. « C'est certain que ça sera un changement. J'ai été au pouvoir depuis mon élection en 2007. Il faudra apprendre à être dans l'opposition. Au moins, je peux compter sur la présence du premier ministre dans le comté. J'ai toujours travaillé plusieurs dossiers et j'espère que certains seront annoncés bientôt. Les prochaines vont me permettre de décanter un peu, mais je vais continuer à travailler fort pour les gens de mon comté. Ça ne changera rien sur mon ardeur au travail », a-t-il ajouté en soulignant qu'il travaillerait avec les députés élus dans la région.

Les partisans de Denis Lebel ont eu des sueurs froides pendant toute la soirée ne pensant pas que l'issu du vote serait aussi serrée. L'ambiance est devenue lourde au moment où la candidate Gisèle Dallaire a pris les devants pendant quelques minutes. L'ex-ministre a concédé qu'il avait eu chaud, mais était sûr de gagner malgré l'adversité.

Désolé

Le lieutenant politique de Stephen Harper se désolait de voir son chef démissionner. « L'histoire va le juger comme un grand premier ministre d'avoir été capable d'avoir équilibré le budget du pays  dans une période d'instabilité. Je lui lève mon chapeau, il a fait beaucoup pour le Canada. »

Une victoire un peu amère dans les circonstances de se retrouver dans l'opposition ? « Une victoire est une victoire avec un vote ou 100 votes. Je suis extrêmement fier de notre résultat. La FTQ a débarqué dimanche pour essayer de nous débarquer et on a réussi à garder le comté. Je suis fier du travail de mon équipe.

Denis Lebel a d'ailleurs tenu à souligner le travail accompli par son équipe. «Je tiens à remercier mon équipe de bénévole qui a permis ma réélection et aussi ma famille qui m'ont supporté, car la politique ce n'est jamais facile, on ne sait jamais quel bord ça va prendre.

«On a bien travaillé»

Le lieutenant politique du Québec était fier des gains faits au Québec sans se réjouir complètement. «On a bien travaillé et je suis fier des résultats, mais je ne peux pas être fier d'avoir fait des gains au Québec quand on perd au pays. Je serai bien humble dans ça. J'aurai préféré revenir avec plus de députés au Québec en étant au pouvoir», a-t-il affirmé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer