Les enjeux de la campagne

C'est demain que la campagne prendra fin.... (Archives Le Progrès-Dimanche)

Agrandir

C'est demain que la campagne prendra fin.

Archives Le Progrès-Dimanche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À l'aube de la plus longue campagne électorale de l'histoire du pays, Le Quotidien publiait le 3 août un tour d'horizon des enjeux qui promettaient de meubler les débats sur la scène régionale. À la veille du scrutin, Le Progrès-Dimanche revient sur ces dossiers et vous présente les positions des candidats régionaux des quatre principaux partis.

Gestion des ressources naturelles

«On est une région de ressources naturelles, on est une région qui a des travailleurs extraordinaires. On doit continuer d'exploiter nos ressources naturelles et former notre main-d'oeuvre. » - Denis Lebel, candidat conservateur dans Lac-Saint-Jean

«Je veux que soient modifiées les lois de façon à ce que l'octroi d'une subvention aux entreprises soit conditionnel à l'engagement de maintenir ou créer des emplois. Lorsque des fermetures d'usines surviennent, on n'a plus d'effet de levier. Des fermetures d'usines rentables comme celles de la cartonnerie de Jonquière cet été et de Novelis en 2012, c'est inacceptable! Je veux travailler pour que ça ne se reproduise plus.» - Jean-François Caron, candidat bloquiste dans Jonquière

«C'est vrai que notre région souffre beaucoup. Le taux de chômage stagne toujours à 9 %. On a un bon levier avec DEC Canada. Mais le NPD a découvert que 130 millions avaient été retournés à Ottawa. Pourquoi les conservateurs n'ont pas investi plus dans la région alors qu'ils avaient les moyens de le faire ? » - Gisèle Dallaire, candidate néo-démocrate dans Lac-Saint-Jean

Industrie forestière

«Il est clair que l'industrie forestière est au coeur de notre développement économique et que nous devons faire en sorte de garder ce que l'on a et d'innover avec nos produits forestiers. On n'a qu'à penser à LAMCO qui perce le marché américain avec ses produits. Je supporterai toute initiative de transformation du bois et de l'aluminium.» - Sabin Simard, candidat libéral dans Lac-Saint-Jean

«C'est déplorable de constater à quel point notre industrie forestière a été abandonnée par nos soi-disant leaders au cours des dernières années. Tous les politiciens font de la foresterie une priorité, mais aucun n'agit de façon vraiment durable pour protéger nos emplois.» - Gisèle Dallaire, candidate néo-démocrate dans Lac-Saint-Jean

«Les conservateurs ont accordé une aide à l'industrie automobile de l'Ontario atteignant les 13 milliards de dollars et Denis Lebel annonce des miettes pour l'industrie forestière. La population de Lac-Saint-Jean mérite mieux qu'un père Noël électoral ! » - Sabin Gaudreault, député bloquiste dans Lac-Saint-Jean

« On sait que Greenpeace a fait des pressions auprès des entreprises pour qu'elles cessent d'utiliser des pâtes fabriquées à partir de vieilles forêts intactes. Contrairement à Thomas Mulcair du NPD, qui vantait récemment la campagne de Greenpeace, le gouvernement conservateur se soucie des travailleurs de la forêt et entend les défendre. C'est une aberration de voir ces gens mettre en péril cette industrie alors que nos pratiques forestières sont parmi les meilleurs au monde. » - Denis Lebel, candidat conservateur dans Lac-Saint-Jean

«Nos propositions vont permettre aux entreprises et aux travailleurs forestiers de bénéficier de tout un éventail de possibilités pour tirer leur épingle du jeu. Après, ce sera à l'équipe régionale du NPD de travailler avec les acteurs locaux pour ficeler des solutions sur mesure, adaptées à chaque entreprise et aux besoins d'ici.» - Karine Trudel, candidate néo-démocrate dans Jonquière

«L'industrie forestière a eu un quart de peanut. Le Bloc veut changer ça.» - Élise Gauthier, candidate bloquiste dans Chicoutimi-Le Fjord

Gestion de l'offre

« L'équipe régionale prend très au sérieux la menace qui plane sur les producteurs laitiers. On a l'intention de se battre bec et ongle pour défendre la gestion de l'offre. » - Denis Lemieux, candidat libéral dans Chicoutimi-Le Fjord

«Thomas Mulcair a fait une demande toute simple à Stephen Harper dans le cadre des négociations du Partenariat transpacifique: retirer la gestion de l'offre de la table. Il ne l'a pas fait. Son ministre régional a affirmé lui-même qu'il ne pouvait pas garantir la protection du système. Les conservateurs ont abandonné notre région. Je pense que s'ils s'étaient tenus debout, les conservateurs auraient pu sauver la gestion de l'offre. Mais ils n'y croient pas à ce système et ils ont décidé d'abandonner les producteurs.» - Gisèle Dallaire, candidate néo-démocrate dans Lac-Saint-Jean

«Notre industrie laitière est sur le point d'être sacrifiée à l'autel de l'ouverture des marchés. Une brèche de 3,25% dans le marché laitier, ça peut paraître modeste, mais pour les producteurs de lait du Québec, c'est vraiment beaucoup. Quand on ajoute ce qui a déjà été concédé à l'Europe, c'est vraiment un dur coup porté au modèle agricole québécois. Selon les estimations du Bloc québécois, les producteurs de lait risquent de perdre l'équivalent de 25 000$ par an.» - Sabin Gaudreault, député bloquiste dans Lac-Saint-Jean

«On ne pouvait pas rester en marge. L'industrie de l'aluminium, de la forêt, les producteurs de porc, de boeuf, de bleuets, les associations minières, ils saluent tous cet accord-là. Mais pour en venir à cette entente, il a fallu concéder sur les produits sous la gestion de l'offre, le lait, les oeufs et la volaille. Comme on l'avait dit, on a protégé les trois piliers de la gestion de l'offre, soit le contrôle de la production, le prix et le contrôle des importations. C'est toujours en place. Et on vient assurer la protection du système pour les années à venir.» - Denis Lebel, candidat conservateur dans Lac-Saint-Jean

Aluminium

« Nous possédons un savoir-faire en aluminium. Je crois beaucoup en l'exportation de nos connaissances, en l'importance de transporter notre savoir-faire ailleurs. Je crois beaucoup en la jeunesse et en l'importance qu'elle soit bien formée. On pourrait faire à long terme un partenariat avec Rio Tinto pour la recherche sur l'aluminium. La transformation de l'aluminium, c'est important.» - Sabin Simard, candidat libéral dans Lac-Saint-Jean

«Je travaillerai très fort pour que l'usine Novelis soit remplacée par une usine moderne dans le but d'augmenter la production d'aluminium primaire, car la demande sera en forte hausse en raison des intentions des constructeurs automobiles d'utiliser plus d'aluminium dans les véhicules.» - Marc Pettersen, candidat libéral dans Jonquière

« Le gouvernement canadien doit rapidement investir dans un ambitieux programme national d'appui à l'investissement et à la recherche pour rétablir notre capacité de fabrication de tôles d'aluminium, car c'est une orientation économique stratégique. Avec les technologies disponibles, une nouvelle usine pourrait produire de la tôle d'aluminium écoresponsable aux propriétés techniques avancées. La métallurgie de l'aluminium, c'est un de nos domaines d'expertise dans la région. C'est à nous de restaurer les 150 emplois perdus et d'en créer plusieurs centaines d'autres. Je vois ça comme une aventure de 40 à 50 ans. » - Denis Lemieux, candidat libéral dans Chicoutimi-Le Fjord

Mines

Concernant les projets miniers comme celui d'Arianne Phosphate et le terminal de Sainte-Rose-du-Nord, Le Progrès-Dimanche n'a pas retracé de citations publiées intégralement. Toutefois, la candidate Ursula Larouche a déclaré qu'il existe un grand trou noir au Québec en ce qui a trait à l'acquisition de connaissances en minéralogie et l'exploration minière et que ce trou noir était au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elle a mentionné qu'il était nécessaire d'investir dans l'acquisition de connaissances.

Base militaire de Bagotville

«Votre parti (NPD) vote contre toutes les dépenses pour la Défense, et vous vous servez de Bagotville maintenant? C'est éhonté.» - Denis Lebel, candidat conservateur dans Lac-Saint-Jean

«On nous met des bâtons dans les roues pour avancer dans nos projets à l'aéroport. Plutôt que d'envoyer nos ressources à l'international, on aurait l'intelligence et l'expérience pour les développer au Canada. Finalement, on a reçu seulement 4 % des 180 M$ promis pour la base de Bagotville.» - Dany Morin, candidat néo-démocrate dans Chicoutimi-Le Fjord

«Il ne fait aucun doute qu'un gouvernement libéral travaillera à une fermeture définitive de la Base militaire de Bagotville, comme ils avaient tenté de le faire lors de leur dernier mandat.» - Caroline Ste-Marie, candidate conservatrice dans Chicoutimi-Le Fjord

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer