Un appel syndical à battre les conservateurs

Georges Bouchard, de la CSD, Engelbert Cottenoir, de... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Georges Bouchard, de la CSD, Engelbert Cottenoir, de la CSN, Daniel Roy, président du Syndicat des Métallos (FTQ), Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ, Magali Picard, vice-présidente pour le Québec de l'Alliance de la fonction publique du Canada, Debi Daviau, président de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada, invitent les électeurs à voter pour les candidats NPD dans Lac-Saint-Jean et Jonquière.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

À trois jours des élections, les organisations syndicales, dont la FTQ, appellent une fois de plus au vote stratégique pour défaire le gouvernement conservateur. Réunis à Alma, hier, les représentants syndicaux ont invité les électeurs des circonscriptions Lac-Saint-Jean et Jonquière à voter pour le candidat néo-démocrate. Aucun mot d'ordre n'a été lancé pour Chicoutimi-Le-Fjord, où la candidate conservatrice a moins de chance de devenir député, selon les derniers sondages.

« On aime ça voter avec notre coeur. On n'aime surtout pas se faire dire pour qui voter. Mais il s'agit de l'élection de notre vie », a exprimé la vice-présidente pour le Québec de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC-Québec), Magali Picard, invitant les électeurs à voter avec leur tête.

Pour connaître le candidat qui a le plus de chance de battre un candidat conservateur, la FTQ a commandé un sondage pour les trois circonscriptions de la région. Selon les résultats, Gisèle Dallaire et Denis Lebel sont au coude à coude. Dans la circonscription de Jonquière, c'est la candidate Karine Trudel qui mène.

« Alors que 41 % des répondants dans la circonscription de Lac-Saint-Jean pensent que la victoire appartient au candidat conservateur, et seulement 10 % pensent que le NPD gagnera, notre sondage indique qu'il y a une véritable course puisque les intentions de vote de ces deux partis sont à égalité à 29 %. S'il doit y avoir un vote stratégique au Québec, c'est dans cette circonscription qu'il doit avoir lieu. Oui, c'est possible de déloger M. Lebel », a affirmé Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ.

Selon les organisations syndicales, voter pour le Bloc québécois et le Parti libéral, c'est voter pour les conservateurs. Car la division du vote pourrait permettre aux troupes de Stephen Harper de remporter les élections, a insisté le président du Conseil central de la CSN Saguenay-Lac-Saint-Jean, Engelbert Cottenoir.

« Le sondage régional nous montre que les conservateurs ont deux alliés de taille dans Lac-Saint-Jean et dans Jonquière : la division du vote et les abstentions. Si ces électeurs veulent défaire les conservateurs, ils doivent participer en grand nombre au vote de lundi et ils ne devraient pas diviser leur vote entre le NPD, le Parti libéral et le Bloc québécois, car le Parti conservateur aurait alors une chance de gagner. »

Le président du Syndicat des Métallos (FTQ) Daniel Roy va plus loin. Le gouvernement conservateur est un gouvernement dangereux, selon dernier.

« Ce gouvernement, avec Denis Lebel comme ministre des Transports, a négligé la sécurité des citoyens en déréglementant le transport ferroviaire et en coupant les budgets pour les inspections, alors que la quantité de pétrole dans les trains augmentait de façon exponentielle. Ça nous a menés à la tragédie de Lac-Mégantic. En plus, il met maintenant en péril la sécurité des travailleurs en restreignant le droit de refuser d'effectuer une tâche dangereuse », a pointé M. Roy.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer